Nouvelles perturbations annoncées sur le rail

Le syndicat autonome des conducteurs de train (SACT) a décidé de maintenir son préavis de grève qui arrive à échéance ce jeudi 11 décembre. D’après la SNCB, les conséquences de la grève des conducteurs de train affiliés au SACT sont difficiles à prévoir mais il ne faut pas exclure de fortes perturbations ce jeudi. La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant en appelle à la responsabilité de chacun et à un retour au dialogue.

"Nous avons décidé de maintenir ce préavis à la suite de l'échec d'une dernière réunion avec la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant et la direction. C'est dommage. Depuis le mois de septembre nous avions essayé de dialoguer", a indiqué mardi Arthur Mercier, président du SACT.

"Il y a un risque de fortes perturbations en Flandre car nos collègues flamands sont furieux de l'attitude de la SNCB", a encore souligné M. Mercier.

Le SACT réclame une harmonisation des primes et une adaptation du système barémique des salaires. Selon le SACT, environ un tiers des 3.800 conducteurs de train sont membres du syndicat.

La grève devrait débuter le 11 décembre à 03H00 pour se terminer le vendredi 12 décembre à 03H00. D’après la SNCB, les conséquences de cette action sont difficiles à prévoir, "mais il ne faut pas exclure de fortes perturbations". La compagnie ferroviaire recommande à ses clients de suivre les informations en temps réel.

"La SNCB condamne fortement cette grève qui, une nouvelle fois, met à l'épreuve sa clientèle après plusieurs grèves intersectorielles menées ces dernières semaines et qui intervient quelques jours avant le lancement du nouveau plan de transport de la SNCB, prévu le 14 décembre et dont les derniers préparatifs sont actuellement en cours", peut-on lire dans un communiqué.

La société des chemin de fer "cherchera, par tous les moyens possibles, à limiter l'impact de cette grève sur le lancement du plan et mettra tout en oeuvre pour restaurer le trafic ferroviaire le plus rapidement possible".

Galant appelle à la responsabilité de chacun

La ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, en appelle mercredi à la responsabilité de chacun. Elle souhaite que la concertation reprenne le plus rapidement possible dans les organes prévus à cet effet.

Le SACT n'est pas un syndicat reconnu. La concertation sociale relève des deux syndicats reconnus à la SNCB: la CGSP et la CSC. La ministre a toutefois rencontré mardi et la semaine passée les représentants de l'organisation autonome même si ce n'est pas elle qui est directement en charge du dialogue social au sein des chemins de fer, a-t-elle indiqué.

"J'espère que tout le monde va se remettre autour de la table et que la concertation sociale se déroulera comme il est prévu qu'elle se déroule. Ce n'est pas dans la rue ou à travers les médias qu'une concertation doit avoir lieu", a souligné Mme Galant en marge d'une réunion de la Commission de la Chambre.

Mme Galant a insisté sur l'importance des enjeux qui attendent la société de chemins de fer. "L'avenir de la SNCB se joue aujourd'hui. J'ai l'impression de crier dans le désert mais la situation est grave et il faut que tout le monde prenne ses responsabilités pour que l'on puisse pérenniser les emplois", a-t-elle ajouté.