La centrale à charbon de Langerlo à l’arrêt

La centrale électrique implantée aux environs de Genk (province du Limbourg) a été mise à l’arrêt mercredi, "pour une durée indéterminée", à la suite d’un grève spontanée. Le personnel de la plus grande centrale classique du pays est mécontent de la concertation sociale avec le propriétaire allemand E.ON, qui cherche un repreneur pour la centrale en Flandre. Les travailleurs craignent de perdre leur emploi. D’après Elia, la fermeture n’engendre actuellement pas de problème d’approvisionnement en électricité.

A l’arrêt depuis mercredi, la plus grande centrale électrique classique de Belgique - qui possède une capacité de 556 Mégawatts - ne sera pas encore relancée ce jeudi. C’est ce qu’a annoncé le syndicaliste Jan Van Wijngaerden, précisant que "le personnel a décidé de ne pas relancer la centrale tant que la concertation sociale avec la direction n’est pas sur le bon chemin".

La concertation entre la direction et les syndicats reprendra vendredi matin. Le personnel ne réclame pas un accord final dès demain, mais l’assurance que les négociations "vont dans la bonne direction".

Le propriétaire allemand E.ON voulait transformer la centrale à charbon de Langerlo en centrale à biomasse. L’implantation dispose d'un permis environnemental jusqu'en 2016. E.ON avait demandé les autorisations nécessaires pour adapter la centrale et avait aussi reçu le soutien des autorités flamandes.

Mais finalement, le géant énergétique allemand est maintenant à la recherche d'un repreneur; estimant que la centrale de Langerlo ne fait plus partie de la stratégie du groupe. La recherche d'un repreneur est en cours. "On discute avec des candidats et nous sommes confiants", a rappelé la porte-parole.

Le personnel est par contre inquiet pour son avenir. Il craint que la centrale ne sera pas revendue et qu’il y aura donc des pertes d’emplois dès 2016.

La centrale à charbon emploie actuellement 130 personnes. E.ON possède aussi une centrale à Vilvorde (Brabant flamand). L’entreprise allemande les a rachetées à Electrabel en 2009.

Alors que trois réacteurs nucléaires belges sont actuellement à l’arrêt, la grève à la centrale à charbon limbourgeoise prive le réseau belge d’électricité de 556 MW supplémentaires. Mais d’après Elia, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité en Belgique, "l’arrêt de la centrale de Langerlo ne pose pas de problème d’approvisionnement à court terme". Reste à voir combien de temps durera l’action de protestation du personnel et comment la météo évoluera.