"Il se passe toujours d’étonnantes merveilles à Noël"

L'archevêque de Malines-Bruxelles, Mgr André-Joseph Léonard a évoqué dans la nuit de mercredi à jeudi, lors de son homélie en la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles, le soir de Noël 1914 lors duquel des combattants anglais et allemands avaient fraternisé quelques instants "par-dessus les tranchées qui les séparaient". Il a ajouté que "la nuit de Noël était toujours propice à d'étonnantes merveilles.
Nicolas Maeterlinck

"Ce soir-là, ils n'étaient plus des belligérants, mais des frères en humanité et, souvent, dans la même foi chrétienne", a-t-il souligné. "Pour quelques heures, ce fut un moment d'intense humanité au milieu d'un océan de barbarie collective."

"Il se passe toujours d'étonnantes merveilles la nuit et le jour de Noël", a entamé le primat de Belgique lors de la messe de minuit.

Il a souligné être "impressionné" de voir "des milliers de personnes" entrer dans l'église Sainte-Catherine sur le Vismet à Bruxelles, à l'occasion des "plaisirs d'hiver", pour la visiter mais également pour allumer un cierge ou prier.

Lors de son homélie, Mgr Léonard a ajouté penser aux équipes qui "sillonnent les rues des grandes villes pour y offrir accueil, chaleur et douceurs de Noël aux personnes sans abri", mais également à deux détenus rencontrés lors de jours de Noël passés dans des prisons.

"Jésus, pour toi je serai prêtre!"

A titre personnel, l'archevêque de Malines-Bruxelles a également remercié Jésus pour le jour de Noël 1946.

"J'avais 6 ans et demi", se rappelle-t-il. "Ce fut ma toute première communion. Après la messe, au pied de la crèche, tu as obtenu de moi ce mot d'enfant, devenu ensuite l'idéal et la réalité de toute ma vie d'homme: Jésus, pour toi je serai prêtre!"