Le détenu Frank Van den Bleeken ne sera pas euthanasié

Alors que son euthanasie était programmée pour ce dimanche à la prison de Bruges, le détenu de longue date, Frank Van den Bleeken, a appris que la procédure n’aura finalement pas lieu. L’information a été confirmée par le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V). Condamné pour un meurtre et des affaires de mœurs, le prisonnier sera temporairement transféré dans le tout nouveau centre psychiatrique de Gand.

La nouvelle est tombée le week-end dernier. Le délinquant sexuel Frank Van den Bleeken allait finalement obtenir ce qu’il réclamait depuis plusieurs années : l’autorisation d’être euthanasié.

Jugé irresponsable de ses actes après plusieurs délits à caractère sexuel alors qu’il avait 20 ans, l’Anversois est en prison depuis 30 ans, au centre psychiatrique de Merksplas. De longue date, il demande à pouvoir être transféré dans une institution aux Pays-Bas qui pourrait le prendre en charge de façon plus adéquate.

N’obtenant pas gain de cause et devant sa situation désespérée face aux souffrances psychologiques insupportables qu’il endure en prison, Van Den Bleeken avait demandé à la justice l’autorisation d’être euthanasié. La Cour d’appel de Bruxelles le lui a accordé en septembre 2014, et un accord en ce sens a été conclu avec le ministère de la Justice.

Le soulagement du détenu n’aura toutefois pas duré longtemps. Ce mardi, le ministre de la Justice Koen Geens (photo) a annoncé que la procédure d’euthanasie n’aura pas lieu. Le médecin traitant qui devait réaliser l’intervention s’est désengagé à la dernière minute.

Dans un premier temps, Frank Van den Bleeken sera transféré dans le tout nouveau centre psychiatrique de Gand. Le ministre de la Justice a déclaré qu’il continuait d'étudier la possibilité de l’envoyer aux Pays-Bas afin qu’il y reçoive les traitements appropriés. Dans un entretien accordé à la VRT, Koen Geens a indiqué avoir eu de bons contacts avec le secrétaire d’Etat néerlandais à la Justice. D’après lui, les Pays-Bas possèdent plusieurs institutions permettant l’internement de longue durée pour des détenus ne pouvant pas vivre en société.

Koen Geens cherche en outre à aboutir à une solution globale pour parer aux manques dans le secteur de l’accueil et du suivi de détenus de longues durée. Il envisage ainsi la création d’un institut voué à abriter les personnes souffrant de problèmes psychiques et internées pour une période indéterminée.