Charlie Hebdo: les hommages se multiplient en Belgique

Aux quatre coins du pays, les mouvements de solidarité continuent de s’organiser pour dénoncer l’attentat meurtrier dont a été victime la rédaction de Charlie Hebdo mercredi à Paris. Divers rassemblements se sont tenus hier soir. Ce vendredi encore, des actions auront lieu notamment à Gand et en Flandre occidentale.

Les débats au Parlement bruxellois se sont ouverts ce vendredi matin sur une minute de silence observée en mémoire des douze victimes de l’attaque. Le président du Parlement bruxellois Charles Picqué ainsi que les ministres du gouvernement régional se sont joints à l’hommage.

Toute la journée, des rassemblements sont prévus ci et là. En Flandre occidentale, la police de Courtrai organise une minute de silence sur la Grand-Place pour rendre hommage aux victimes, et exprimer sa solidarité avec les forces de l’ordre françaises. Les drapeaux seront mis en berne, et le bourgmestre de la ville, Vincent Van Quickenborne (Open VLD) se joindra à l’action.

A Bruges, les étudiants du Collège de l’Europe vont également témoigner leur soutien aux victimes et à leurs proches. A travers leur action, ils veulent également souligner l’importance de la liberté d’expression en Europe. Le bourgmestre Renaat Landuyt (SP.A) soutient leur initiative.

Ce dimanche, la ville de Gand (Flandre orientale) accueillera une marche silencieuse pour appeler de façon positive à la paix et au respect. Les carillons du Beffroi entonneront dans l’avant midi un hommage musical. Ce vendredi, un groupe d’étudiants se rassemblera à 16h pour chanter "We shall overcome", de Pete Seeger.

Hier soir à Louvain, le carillonneur Luc Rombouts a joué à 18h le morceau "Die Gedanken sind frei", une chanson allemande du 19e siècle sur la liberté de pensée. Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées. Une partie d’entre elles étaient munies de crayons, symbole de leur soutien aux dessinateurs satiriques.

A Anvers aussi des centaines de personnes se sont réunies vers 19h devant le mur bande-dessinée du dessinateur Brecht Evens. Comme partout ailleurs, les participants portaient des bougies, des crayons, ou encore des panneaux affichant le message de solidarité "Je suis Charlie". Parmi les personnes présentes, on comptait des journalistes, des caricaturistes, ainsi que des représentants politiques locaux. Le bourgmestre Bart De Wever a également rejoint le mouvement.

PATRICK HERTZOG