La Défense devra se serrer la ceinture

On savait déjà que l’armée doit réaliser cette année des économies de l’ordre de 225 millions d’euros. Mais des documents internes confidentiels, consultés par le journaliste Jens Franssen (VRT), ont permis à la rédaction de la radiotélévision publique flamande d’apprendre que le recrutement de personnel sera également réduit de moitié. En 2015, seuls 660 nouveaux collaborateurs seront encore engagés.

Les 660 nouveaux emplois qui sont finalement prévus pour cette année à la Défense représentent moins de la moitié des 1.400 emplois qui avaient été annoncés en décembre dernier pour 2015. Une note confidentielle de la direction de l’armée, que la VRT a pu consulter, révèle en effet qu’il n’y aura des moyens financiers que pour 660 engagements.

Il s’agirait de 150 officiers, 350 sous-officiers et 150 soldats. L’accent est mis sur l’engagement de personnes hautement qualifiées, ce qui bénéficie à la composante air de l’armée. La force aérienne a en effet le plus besoin de personnel très qualifié.

Si le rythme actuel d’engagement était maintenu à plus longue échéance, l’armée belge ne compterait plus que 15.000 personnes dans 10 ans. Soit la moitié de son contingent actuel. Ces prochaines années, un nombre important de militaires prendront d’ailleurs leur pension.

Les documents confidentiels consultés par la VRT révèlent en outre que toutes les petites dépenses à la défense seront annulées. Ainsi, les voitures de service ne seront plus réparées, certains ascenseurs seront mis au repos, et le chauffage sera coupé dans les bâtiments de l’armée à partir du mois d’avril.

D’autres mesures plus importantes sont également prévues. Ainsi, les avions mis à la disposition du gouvernement fédéral resteront plus souvent au sol. L’un des appareils Falcon ne pourra plus voler qu’à 60%. Ce qui veut dire que les ministres devront plus souvent prendre le train ou un vol de ligne pour leurs déplacements.

Et ce n’est qu’un début

Les économies annoncées auront aussi des conséquences sur le fonctionnement de l’armée belge. Le montant total alloué aux munitions a ainsi été raboté d’un tiers. Et certaines remises à jour de matériel seront reportées.

La force navale naviguera moins, tandis qu’à la force aérienne certains pilotes seront forcés de rester au sol.

Les 225 millions d’euros d’économies prévues pour 2015 à la Défense ne sont en outre qu’un début. Les années suivantes, l’armée belge devra encore plus se serrer la ceinture.