Le gouvernement favorise la concertation sociale autonome

A l’issue d’une rencontre ce jeudi matin entre le gouvernement fédéral et les membres du Groupe des 10 (les hauts représentants des syndicats et du patronat), le Premier ministre Charles Michel (MR) a annoncé que les partenaires sociaux pourront mener une concertation autonome jusqu’à la fin du mois de janvier, afin de conclure des accords sur l’évolution salariale, la répartition de l’enveloppe bien-être, la prolongation des conventions collectives de travail existantes et la conclusion de conventions-cadre.

"Nous suggérons que les partenaires sociaux, de façon autonome, définissent la marge salariale. Tout en gardant en vue l'objectif de résorber à court terme le handicap salarial", expliquait Charles Michel à l'issue de la rencontre entre le gouvernement et le Groupe des 10. 

Tant le Premier ministre (photo) que les partenaires sociaux ont qualifié cette réunion, très attendue par les organisations syndicales et patronales, de "constructive et positive". "Je suis contente que le gouvernement fédéral favorise la concertation sociale autonome au sein du Groupe des 10", a déclaré Michèle Sioen, présidente temporaire de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) et du Groupe des 10. 

Le gouvernement Michel s'est par ailleurs engagé à prendre des mesures qui ont pour objectif de renforcer l'emploi, le pouvoir d'achat et la compétitivité des travailleurs. Ces mesures renforceront un glissement des charges fiscales et parafiscales sur le travail vers d'autres sources de revenus, a précisé le Premier ministre. Elles doivent être élaborées de telle sorte que les premiers effets puissent se faire sentir sur la période 2015-2016, a précisé Charles Michel.

D’autre part, un avant-projet de loi sera soumis au Conseil des ministres au début du mois de février, afin de pouvoir mettre en place le Comité national des pensions dans le courant du mois d'avril. Ce comité devra notamment se prononcer avant fin 2015 sur la définition des métiers lourds et l'introduction de la pension partielle.

La réalisation de cet agenda ambitieux part du principe qu'il règne une paix sociale et que les négociations puissent se dérouler dans un climat de stabilité sociale, a souligné Charles Michel. Le ministre de l’Emploi et de l’Economie, Kris Peeters (CD&V), a pour sa part déclaré via Twitter : "Le gouvernement s’engage à un tax shift qui aura ses premiers effets en 2015-2016. Maintenant paix sociale" (voir ci-dessous).

Une nouvelle réunion entre le Groupe des 10 et le gouvernement fédéral a été fixée pour le 30 janvier au matin. Les représentants syndicaux ont fait savoir que leur priorité allait maintenant à la concertation, avec des résultats. Aucune action de protestation n'est donc à l'ordre du jour pour l'instant.