Les deux hommes abattus à Verviers originaires de Molenbeek

Les deux terroristes présumés abattus jeudi à Verviers provenaient de Molenbeek, où deux perquisitions ont eu lieu dimanche matin dans le cadre de cette même affaire, a indiqué dimanche la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans (MR), confirmant une information de la RTBF.

Le parquet fédéral avait indiqué dans la matinée que deux nouvelles perquisitions étaient menées dans la Région de Bruxelles-Capitale, sans divulguer l'endroit précis de ces perquisitions. Toujours selon le parquet, ces perquisitions n'ont donné lieu à aucune arrestation.

Jeudi soir, 13 personnes ont été interpellées lors de perquisitions menées à Verviers, Molenbeek-Saint-Jean, Bruxelles et Berchem-Sainte-Agathe. D'autres perquisitions ont également eu lieu à Anderlecht et Liedekerke. Au total, cinq personnes ont été inculpées pour appartenance à un groupe terroriste. Durant leurs opérations, les policiers ont mis la main sur des armes, des produits explosifs, des uniformes de police et de faux documents.

Lors de l'opération menée à Verviers, deux auteurs ont ouvert le feu à l’arme de guerre sur les forces spéciales de la police fédérale. Les deux djihadistes présumés ont été abattus lors de l'assaut. D’après les derniers éléments de l’enquête, les deux individus auraient été en contact avec un combattant molenbeekois de l’organisation Etat islamique. L’homme, qui court toujours, se trouverait actuellement en Grèce. Il est soupçonné d’être le cerveau de la cellule démantelée cette semaine dans notre pays.

Une opération menée à Athènes ce samedi dans le but de retrouver l'ndividu n’a pas porté ses fruits. "Les arrestations qui ont eu lieu hier soir n'ont pas permis de mettre la main sur la bonne personne. On continue de le rechercher activement et je suppose que cela va réussir", a commenté le ministre de la Justice Koen Geens sur le plateau de la VRT.