Les CPAS disparaîtront en 2019 en Flandre

Le gouvernement flamand a approuvé un document de réflexion émanant de la ministre de l’Intérieur Liesbeth Homans (photo). Après les élections locales de 2018, les centres publics d’aide sociale (CPAS) seront intégrés aux administrations communales, qui centraliseront alors toutes les compétences au niveau local. C’est ce qu’indiquent les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.

La décision de supprimer à terme les centres publics d’aide sociale en Flandre ne date pas de la note conceptuelle rédigée par la ministre régionale de l’Intérieur et de la Lutte contre la pauvreté, Liesbeth Homans (N-VA). Cette mesure, qui avait été préparée sous d'anciennes législatures, figure déjà dans l'accord actuel du gouvernement flamand ainsi que dans les notes d'orientation politique des ministres flamands du Bien-être Jo Vandeurzen (CD&V) et de l'Intérieur Liesbeth Homans (N-VA).

L'intégration des CPAS aux administrations communales a été définitivement approuvée vendredi par le gouvernement flamand de Geert Bourgeois, via la note conceptuelle de la ministre Liesbeth Homans. Cette dernière est plus claire que les textes élaborés précédemment. Les communes flamandes ne pourront plus choisir entre divers modèles d’organisation, comme cela était envisagé précédemment, et un certain nombre de grandes villes flamandes verront aussi disparaître leur CPAS.

"Le centre public d’aide sociale sera intégré à l’administration communale, avec un comité social spécial qui traitera de l’aide sociale individuelle", explique Liesbeth Homans, ancienne présidente du CPAS d’Anvers. Après les élections locales de 2018, on n’installera donc plus de conseils de CPAS en Flandre.

Homans admet que la suppression des CPAS ne fait pas l’unanimité en Flandre. "Mais je suis certaine que l’idée est supportée par beaucoup de gens. Pour la population, les conséquences concrètes seront un gain d’efficacité et un service plus rapide, certainement pour les plus défavorisés".

Vieux de 200 ans

Les centres publics d’aide sociale auront ainsi existé deux siècles en Flandre, sur base d’une idée de l’occupant français à la fin du 18e siècle. Leur création avait donné lieu à l’introduction d’une gestion locale double : l’administration communale d’une part et d’administration sociale d’autre part.

Les CPAS sont responsables des affaires sociales. Mais les factures sont payées par l’administration communale, qui peut aussi développer une politique sociale. Cette double gestion a engendré dans beaucoup de communes une concurrence interne. La reprise des compétences des CPAS par les administrations communales doit mettre fin à cette situation parfois tendue.