Le Musée Hergé annule une expo sur Charlie Hebdo

Pour des raisons de sécurité, le musée de la cité universitaire de Louvain-la-Neuve (en Brabant wallon) n’inaugurera pas ce jeudi l’exposition qui devait rendre hommage aux caricaturistes de l’hebdomadaire satirique français, assassinés le 7 janvier. C’est ce qu’indique le quotidien Le Soir sur son site internet.

Ce n’est que ce mercredi que l’administration communale de Louvain-la-Neuve a appris l’ouverture imminente d’une exposition en hommage à la rédaction de Charlie Hebdo, qui devait avoir lieu ce jeudi au Musée Hergé dans la cité universitaire. Le bourgmestre Jean-Luc Roland et les responsables de la police locale ont alors décidé de se rendre au Musée.

A l’issue de cette visite, le bourgmestre Roland, le chef de corps de la police Maurice Leveque et la commissaire Vinciane Bertrand ont informé Nick Rodwell, l'administrateur délégué de la société Moulinsart, des risques et des dangers que pouvaient faire courir l'exposition au personnel du Musée et à la population de Louvain-la-Neuve.

La police s'est déclarée incapable de garantir la sécurité des visiteurs du musée et de la population de la commune brabançonne.

"Il était inconcevable pour moi de prendre le moindre risque avec le personnel et les riverains", déclarait ensuite Nick Rodwell (photo). "Le Musée Hergé n'est pas là pour attiser le feu. (...) Nous allons laisser passer quelques jours de réflexion et voir ensuite (...) s'il est possible ou non de trouver une solution tout à fait sûre pour tout le monde."

Jean-Luc Roland regrette l’annulation de l’exposition. "Je suis partisan de la liberté d’expression et je trouve dommage de devoir annuler pareille exposition, que j’ai personnellement trouvée très émouvante". Le bourgmestre renvoie cependant aux avis de l’Association wallonne des Villes et Communes, qui impose certaines mesures de sécurité, et de l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM), qui a déconseillé à la petite ville d’organiser l’exposition dans le contexte actuel.