La moitié des billets de trains jamais contrôlés

Une enquête menée par les associations de navetteurs flamande TreinTramBus et francophone Navetteurs.be révèle que seuls 44,5% des voyageurs sur 436 parcours ont été contrôlés. La SNCB réfute ces chiffres, relayés ce vendredi par les journaux du groupe Sudpresse, De Standaard et het Nieuwsblad.

Les associations de navetteurs TreinTramBus et Navetteurs.be ont observé un total de 436 trajets des trains de la SNCB. Le pourcentage de contrôles de billets effectués sur ces trajets varie fortement en fonction des moments de la journée et du type de parcours. Lorsqu'un voyageur reste plus de temps dans un train, il a logiquement davantage de chance de se faire contrôler.

L'enquête révèle toutefois que même dans le cas de voyages de plus d'une heure, le taux de contrôle n'est que de 57%. Les navetteurs se rendant à ou partant de Bruxelles ne doivent, eux, présenter leurs billets qu'une fois sur trois. En moyenne, les billets de train ne sont contrôlés que dans 44,5% des cas.

La SNCB, qui souhaite pourtant que "tous les tickets soient contrôlés" à l’avenir, précise avoir élargi les équipes de contrôleurs de 50 à 70 personnes cette année.

La Société des chemins de fer belges affirme aussi que les contrôles de billets sont plus fréquents que ce qu’a révélé l’enquête des associations de navetteurs. "Nous arrivons à un chiffre de 63% de billets contrôlés", précise le porte-parole Bart Crols. "Cela s’explique sans doute par le fait que notre échantillon est six fois plus grand que celui de TreinTramBus. Notre chiffre repose sur près de 2.500 observations sur une période de 2 mois".

SNCB et TEC renforcent la sécurité

Les chemins de fer belges et la société régionale wallonne de transports en commun ont pris récemment des mesures pour renforcer la sécurité sur leurs réseaux respectifs.

Le TEC Liège-Verviers vient ainsi de décider de maintenir le doublement des services de contrôle, une mesure temporaire qui avait été prise au lendemain de l'intervention du 15 janvier des forces de l'ordre à Verviers contre une cellule djihadiste.

Selon le syndicat libéral CGLSB, les agents du TEC Liège-Verviers ne travailleront en outre plus seuls la nuit. Le syndicat souhaite également des actions de sensibilisation des chauffeurs.

A Bruxelles, la société régionale de transport STIB a également renforcé la sécurité sur le réseau.

En accord avec l'Organe de coordination de l'analyse de la menace et la police des chemins de fer, la direction de la SNCB a, elle, décidé une augmentation de la présence et de la vigilance des services de sécurité et de la police dans les gares et les trains. Un appel à la vigilance a également été lancé aux cheminots, indique le quotidien L'Echo.