Koen Geens a rencontré Van den Bleeken en prison

Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), a confirmé qu’il s’est entretenu pendant 2 heures avec le délinquant sexuel interné depuis 30 ans qui réclame l’euthanasie, faute d’obtenir un traitement approprié. C’est une chose très inhabituelle. Geens (photo) affirme ne pas avoir exercé de pression sur l’Anversois de 51 ans, détenu à la prison de Turnhout.

Le ministre de la Justice a confirmé ce samedi l’information divulguée par les réalisateurs de l’émission « Panorama » (VRT). Il s’est effectivement rendu le 6 janvier dernier à la prison de Turnhout pour y rencontrer l’Anversois Frank Van Den Bleeken, qui réclamait l’euthanasie faute d’obtenir un traitement approprié. Ce même 6 janvier, Koen Geens avait annoncé qu’un médecin avait déconseillé en dernière minute de procéder à l’euthanasie du délinquant sexuel déclaré incurable.

Le ministre de la Justice affirme ne pas avoir exercé de pression sur le détenu de 51 ans, interné depuis 30 ans, pour qu’il renonce à l’euthanasie. Il lui a par contre annoncé qu’il pourrait être transféré rapidement au Centre de psychiatrie légale à Gand (Flandre orientale), avant d’obtenir dans un avenir proche une place dans un établissement de soins psychiatriques aux Pays-Bas. Un transfert que Frank Van den Bleeken demandait de longue date, avant de réclamer l’euthanasie en désespoir de cause.

"J'ai aussi rencontré juste après la famille de la jeune femme que Frank van den Bleeken avait tuée", précisait le ministre. Ce meurtre remontre à 30 ans.

C'est la première fois dans l'histoire du département de la Justice qu'un ministre en exercice rencontre personnellement en prison et négocie un accord avec un détenu placé sous l'autorité de ses services. Koen Geens avait demandé à toutes les personnes concernées de rester très discrètes sur cette entrevue.