Qu'est-ce qui change ce 1er février ?

A partir de ce 1er février de moins en moins de gens peuvent voyager gratuitement sur le réseau de De Lijn. A la SNCB, les tarifs restent inchangés mais l’achat d’un billet à bord du train coûte désormais 7 euros de supplément.

C’est un grand changement qui intervient ce 1er février dans les tarifs de la société flamande de transports en commun De Lijn. A partir d’aujourd’hui de moins en moins de gens peuvent voyager gratuitement.

Seuls les enfants jusqu’à 5 ans inclus, les anciens combattants et les personnes handicapées avec accompagnateur, bénéficient encore de la gratuité.

A partir du 1er septembre 2015, les seniors (65 ans et plus) devront payer 50 euros, un abonnement annuel pour emprunter les transports en commun en Flandre.

Le tarif par zone, jugé trop compliqué, disparait également et est remplacé par un tarif d’une validité d’1 heure. Durant cette durée, les utilisateurs pourront effectuer des changements de bus ou de tram illimités.

Un billet simple, d’une validité d’1 heure coûtera dorénavant 3 euros. La carte de 10 voyages, coûte elle 14 euros, au lieu de 10 euros actuellement. Le prix des tickets via sms passe de 1,45 euros à 1,95 euros.

Les formules d’abonnements comme les "Buzzy Pazz" pour les jeunes de 12 à 24 ans et les "Omnipas" pour les personnes de 25 à 64 ans restent les meilleurs marchés du pays.

Le prix d’un "Buzzy Pazz" augmente pour passer de 183 à 195 euros. Quant à l’Omnipas, il coûte désormais 294 euros au lieu de 249 euros.

La gratuité pour les "familles nombreuses" est aussi supprimée mais les enfants de 6 à 11 ans inclus peuvent bénéficier d’un abonnement de 50 ans par an. Les enfants de moins de 5 ans voyagent gratuitement.

Enfin, une dernière mesure qui entre en vigueur à partir du 1er février c’est l’échange de la plaque d’immatriculation contre un abonnement gratuit. Ceux qui font usage du "système DINA" bénéficient désormais d’une réduction de 50 euros sur l’abonnement. Cet avantage peut être renouvelé une fois. En pratique, cette mesure ne sera toutefois d’application qu’à partir de mars ou d’avril après la mise en place d’un nouveau logiciel.

Le train sera plus cher à bord

Ce 1er février, la SNCB introduit son "tarif à bord" qui vaudra pour tout voyageur occasionnel ou abonné lorsque celui-ci achètera son billet dans le train. Ce geste coûtera en effet 7 euros de plus désormais.

Le voyageur ne disposant pas de titre de transport valable devra acheter son ticket à bord, ce qui lui coûtera donc le prix du voyage majoré de 7 euros. Si un navetteur sans billet ou abonnement valable n'achète pas de ticket à bord, l'accompagnateur sera tenu de dresser un constat d'irrégularité dont le coût s'élève à 75 euros.
Dans le cas d'un voyageur disposant d'un abonnement périmé, il faudra également acquérir un ticket au "tarif à bord" (prix du billet + 7 euros).

En cas d'oubli de l'abonnement, il faudra aussi acheter un ticket au "tarif à bord". L'abonné disposera ensuite de 14 jours pour se présenter à un guichet muni de son abonnement et du ticket acheté le jour de l'oubli, afin de solliciter un remboursement de ce dernier.
Si malgré l'oubli de son abonnement, l'usager n'achète pas de ticket à bord, un constat d'irrégularité (75 euros) sera dressé.

L'abonné pourra se présenter au guichet dans les 14 jours avec le constat et son abonnement. Le constat d'irrégularité sera clôturé mais il restera à l'abonné à s'acquitter de 8 euros de frais administratifs.

Quelques modifications tarifaires à la STIB

A Bruxelles, certains tarifs de produits de la STIB sont modifiés ce 1er février.

On note ainsi des modifications pour l'Airport Line.

Un abonnement d'un mois à 60 euros fait son apparition, tandis que les tarifs de certains billets sont modifiés: le billet d'1 voyage vendu hors véhicule passe ainsi de 4 à 4,5 euros, celui de 10 voyages passe de 28 à 32 euros.

Augmentation de prix chez AB InBev et Alken-Maes

Alken-Maes, deuxième groupe brassicole en Belgique, et le leader InBev revoient dès ce 1er février le prix de leurs bières à la hausse. Le montant de la hausse chez Alken-Maes n'est pas précisé, il variera en fonction du produit et la plupart des bières du groupe vont augmenter. C'est ensuite aux gérants de commerces horeca et de grandes surfaces de décider de répercuter ou non ces hausses de prix aux clients.

Alken-Maes détient notamment les pils Maes et Cristal ainsi que la gamme de bières d'abbaye Grimbergen. 

Chez AB inBev, la hausse sera d'1,7 centime d'euro en moyenne par verre. InBev Belgium justifie cette augmentation de prix par la nécessité de financer ses investissements à long terme.

L'entreprise entend ainsi continuer à innover pour satisfaire aux demandes changeantes des consommateurs et continuer à investir dans des processus de production renouvelés dans ses brasseries.