Stress et burn-out maintiennent les profs à la maison

Les premières causes d’absence des enseignants en Flandre sont le stress, un burn-out ou une dépression. C’est ce qu’indique le rapport annuel sur l’Absentéisme au travail du personnel enseignant de la ministre régionale de l’Enseignement, Hilde Crevits (CD&V). Le personnel plus âgé et celui de direction seraient aussi souvent affectés. La ministre veut miser sur un meilleur accompagnement des enseignants.

En 2013, les enseignants flamands ont été absents en moyenne 14,5 jours, pour un total de 2.443.285 jours d’absence. Ce qui représente une légère augmentation de l’absentéisme par rapport à 2012. Il se situait ainsi au niveau le plus élevé depuis 2009.

Ce sont avant tout les enseignants les plus âgés qui éprouvent des difficultés à faire face au stress et aux exigences quotidiennes. Près de la moitié (47%) des jours d’absence des enseignants âgés de 56 à 65 ans sont dus à des "problèmes psychologiques".

Le rapport annuel de la ministre Hilde Crevits indique également que le personnel de direction est aussi sujet au burn-out et à la dépression. Alors que le pourcentage moyen des absences pour raisons psychosociales varie entre 39% chez les hommes et 31% chez les femmes, il grimpe à 58% pour le personnel de direction masculin et à 52% pour le personnel de direction féminin.

Et pour ce type de personnel à haute responsabilité, le groupe âgé de 56 à 65 ans présente des problèmes psychologiques dans 60% des cas d’absence.

"Il faut être un véritable poulpe"

La ministre flamande de l’Enseignement, Hilde Crevits (photo), reconnait que les directeurs et les enseignants souffrent souvent de stress. "Ils sont confrontés à bien davantage que de donner cours tous les jours. Ils doivent en effet être des sortes de poulpes qui savent presque tout faire", précisait la ministre dans l’émission "De Ochtend" de la VRT (Radio 1), ce lundi matin. Le risque d’être surmené est réel, estime encore Crevits.

"Nous devons certainement trouver une manière de rendre la vie plus aisée aux directeurs d’écoles plus âgés, qui sont des gens avec beaucoup d’expérience", précise la ministre. Elle songe notamment à décharger les directeurs des lourdes tâches administratives, et de leur donner un meilleur accompagnement. Il serait notamment question d’envoyer des "coaches " dans les écoles.

La ministre Crevits veut ainsi donner la possibilité aux enseignants de parler de leurs problèmes, car à l’heure actuelle il serait peu courant pour un enseignant de se rendre chez un psychologue. A l’issue d’un congé de maladie, il devrait aussi être possible pour un enseignant de reprendre le travail à temps partiel. "Les gens doivent avoir l’opportunité de se remettre dans le rythme d’une façon calme et progressive", conclut Hilde Crevits.