Les frères Dardenne grands vainqueurs des Magritte du Cinéma

Jean-Pierre et Luc Dardenne sont repartis avec trois récompenses lors de la 5e cérémonie des Magritte du Cinéma, organisée samedi soir à Bruxelles. Les deux frères ont exprimé leur contentement d’être consacrés pour la première fois dans leur pays. L’acteur français Pierre Richard a pour sa part reçu un Magritte d’honneur pour sa carrière.
AP2014

Le long-métrage de Jean-Pierre et Luc Dardenne "Deux jours, une nuit" a été désigné meilleur film, tandis que l'acteur principal de celui-ci, Fabrizio Rongione, a remporté le prix du meilleur acteur. Le Magritte du meilleur réalisateur est également revenu aux deux frères.

Ces derniers ont exprimé leur contentement d'être consacrés pour la première fois dans leur pays. En 2012, avec "Le gamin au vélo", ils s'étaient fait détrôner par Bouli Lanners avec le film "Les géants". "On apporte notre pierre à l'histoire du cinéma", s'est limité à dire Luc Dardenne sur la portée de leur oeuvre en Belgique.

Son frère Jean-Pierre n'a toutefois pas caché leur enthousiasme: "C'est bien d'être reconnu par les gens qui pratiquent le même métier que nous dans notre pays. Il n'y a pas de raison que cela ne se passe pas une fois".

Emilie Dequenne à nouveau couronnée

Emilie Dequenne s'est imposée dans la catégorie de la meilleure actrice pour son rôle dans "Pas son genre" de Lucas Belvaux, long-métrage qui lui-même a été désigné meilleur scénario. Ambre Grouwels ("Baby balloon") est repartie avec le trophée de meilleur espoir féminin, Marc Zinga ("Les Rayures du Zèbre") étant son pendant masculin.

Lubna Azabal ("La Marche") s'est vue attribuer le prix de la meilleure actrice dans un second rôle, Jérémie Renier ("Saint Laurent") celui du meilleur acteur dans un second rôle.

Le Magritte du meilleur court-métrage a été remis à "La Bûche de Noël" de Stéphane Aubier et Vincent Patar, celui du meilleur documentaire est revenu à "Quand je serai dictateur" de Yaël André. La récompense du meilleur film étranger a été décernée à "Minuscule" d'Hélène Giraud et Thomas Szabo.

Le prix du meilleur premier film est allé à "Je te survivrai" de Sylvestre Sbille. Les Magritte de la meilleure image et du meilleur son sont revenus, respectivement, à Manu Dacosse pour "L'étrange couleur des larmes de ton corps" et à Henri Morelle et Luc Thomas pour "Pas son genre", celui de la meilleure musique ayant été décerné à Sold-out pour "Puppylove" de David Baboulis et Charlotte Maison. Enfin, Damien Keyeux ("La Marche") a été distingué pour son montage.

La Flandre bien représentée

Encensé en Flandre et par l'ensemble du public belge, "Marina" a décroché le Magritte du meilleur film flamand.

De ses succès qui effacent la frontière linguistique, Stijn Coninx pense que "c'est surtout une question d'essayer d'avoir une communication entre l'histoire et le public".

Le long-métrage flamand repart également avec les récompenses des meilleurs costumes, pour Catherine Marchand, et décors pour Hubert Pouille.

Pierre Richard à l’honneur

La 5ème édition des Magritte du Cinéma qui a eu lieu samedi soir a tenté d'approcher le grand public avec des acteurs comiques belges, mais aussi de nombreux français.

Après avoir fait une rétrospective de ses liens avec la Belgique en direct, l'acteur français Pierre Richard, qui a reçu un Magritte d'honneur pour sa carrière, s'est dit surpris et touché par la déferlante d'amis venu le saluer sur scène, parmi lesquels l'acteur français Thierry Lhermitte.

Le comédien en a profité pour rendre un vibrant hommage à la Belgique et à ses « croquettes de crevettes grises ».