"Volvo est à Gand depuis 50 ans, pour y rester"

C’est ce qu’a déclaré le patron du constructeur automobile suédois, Hakan Samuelsson, ce vendredi à l’issue d’une rencontre avec le ministre fédéral de l’Emploi et l’Economie Kris Peeters (CD&V), le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) et le ministre flamand des Finances et de l’Emploi Philippe Muyters (N-VA). Il s’agissait de la troisième rencontre de ce type au cours des deux dernières années.

"Gand jouit d’une position très importante dans notre entreprise", déclarait encore le patron de Volvo Car en Belgique ce vendredi. "Nous sommes là depuis 50 ans, pour y rester".

La direction de Volvo et les gouvernements fédéral et flamand ont échangé leurs points de vue sur la position actuelle et la stratégie d'avenir de l'usine gantoise, ainsi que sur les mesures qui pourraient être prises pour soutenir l'industrie en général et l'industrie automobile en particulier.

"Nous avons eu une très bonne discussion", a confié Hakan Samuelsson. "Notre demande principale reste que la Belgique puisse améliorer sa capacité concurrentielle". L'usine gantoise deviendra à terme le centre du constructeur pour les automobiles compactes, dont la production débutera en 2018.

Le segment des voitures compactes, que le constructeur suédois s'attend à voir croître, est important pour le marché européen. Une nouvelle plateforme permettra également l'assemblage de voitures hybrides.

Volvo Car investit 10 milliards d'euros au total au niveau mondial, afin de renouveler notamment toute sa gamme dans les quatre ans. Le montant qui sera investi à Gand n'est pas encore connu, mais il dépassera les 100 millions d'euros, selon un porte-parole de l'usine. "On n'a jamais de garanties totales, mais les nombreux millions que nous investissons sont la meilleure garantie", a conclu Hakan Samuelsson.