Nouvelle aile pour la Chapelle musicale Reine Elisabeth

La Chapelle musicale inaugurée à Waterloo en 1939 par la reine Elisabeth, et qui forme des jeunes musiciens belges et étrangers à un tout haut niveau dans 6 disciplines musicales (chant, violon, piano, violoncelle, violon alto et musique de chambre), a vu aboutir quelque 10 ans de rénovation intense avec l’inauguration d’une nouvelle aile de studios de musique et de logements. Le projet unique au monde est financé en grande partie par le secteur privé. L’aile a été inaugurée le 27 janvier par le roi Albert et la reine Paola.
l'Escaut architectures

Née d’une longue réflexion sur la formation de jeunes musiciens, menée par la reine Elisabeth et le célèbre violoniste liégeois Eugène Ysaÿe (photo) au lendemain de la Première Guerre mondiale, la Chapelle musicale Reine Elisabeth a ouvert ses portes en juillet 1939. Jusqu’en 2004, elle accueillait en résidence une douzaine de jeunes musiciens et compositeurs belges et étrangers, accompagnés chacun par un professeur de choix, pour des cycles de formation de 3 ans. Des compositeurs tels que le Belge Paul-Baudouin Michel ou musiciens comme le violoniste Yossif Ivanov y ont ainsi été pensionnaires.

Depuis un remaniement total de son projet pédagogique en 2004, la Chapelle musicale accueille davantage de jeunes musiciens (une soixantaine actuellement), qui suivent des cours à un très haut niveau dans 6 disciplines - chant, piano, violon, alto, violoncelle et musique de chambre - sous la conduite de maîtres en résidence de renommée mondiale, comme le baryton-basse José Van Dam, le violoniste Augustin Dumay, la pianiste Maria Joao Pires et le Quatuor Artemis.

La Chapelle Reine Elisabeth se charge aussi davantage de l’insertion professionnelle de ses élèves, à travers un réseau de partenaires culturels en Belgique (comme le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Flagey et l’opéra de La Monnaie), ainsi qu’à l’étranger. Et puis, elle accueille aussi de longue date les 12 finalistes des sessions de piano et violon du Concours musical international Reine Elisabeth. Ces derniers y passent une semaine, dans le plus strict isolement, pour préparer de façon totalement autonome le concerto imposé et inédit qu’ils doivent jouer en finale avec orchestre.

Extension "The New Building"

Depuis une dizaine d’années, la Chapelle construite à la fin des années 1930 sur les plans de l’architecte Yvan Renchon a fait l’objet d’une rénovation en profondeur. En conclusion de ces travaux - et pour répondre pleinement aux ambitions pédagogiques étendues de la Chapelle -, la construction d’un tout nouveau bâtiment avait été entamée en septembre 2013. Baptisé "Aile de Launoit" - en souvenir de l’industriel Paul de Launoit (1891-1981), qui concrétisa le projet de Chapelle musicale en 1939 -, le nouveau développement architectural a été inauguré le 27 janvier dernier, en présence de la reine Paola et du roi Albert (photo).

Cette extension ajoute vingt studios de résidence pour les jeunes musiciens en formation - une soixantaine de toutes nationalités - , mais aussi trois studios de musique, de répétition et d'enregistrement, et de nouveaux lieux de vie pour les artistes. Elle permet de doubler les surfaces de la Chapelle musicale.

Pour les responsables des lieux qui ont vu des générations de grands talents artistiques, le bâtiment neuf inaugure une nouvelle page de l'histoire de l'institution, devenue une fondation d'utilité publique en 2008. L'aile de Launoit - réalisée notamment par les architectes Olivier Bastin et Sébastien Cruyt - aura aussi été un défi technique, étant donné les contraintes du site - la Chapelle est un bâtiment classé - et de l'acoustique de pointe instaurée dans les studios de musique et les logements des résidents.

L’investissement d’environ 10,5 millions d'euros est financé à 90% à ce stade, par les pouvoirs publics et de nombreux partenaires privés. Le secteur public a pris en charge quelque 15% du budget, tandis que le secteur privé assume 85% de la dépense. Le projet, unique en son genre avec notamment sa salle de concert (photos ci-dessous), peut même faire pâlir d’envie de prestigieuses universités américaines.

l'Escaut architectures

Le Concours Reine Elisabeth s’ouvre au violoncelle

A l’inauguration de l’Aile de Launoit à la Chapelle musicale qui vient de fêter ses 75 ans d’existence s’ajoutait tout récemment l’excellente nouvelle de la création d’une nouvelle discipline au Concours musical international Reine Elisabeth de Belgique, qui y est intimement lié.

Créé en 1937 pour le violon à l’initiative de la reine Elisabeth et du violoniste Eugène Ysaye, puis consacré dès l’année suivante aussi au piano - deux disciplines qui ont alterné avec la composition pendant des dizaines d’années -, le Concours de renommée mondiale fut ouvert en 1988 également au chant. Depuis lors, les trois disciplines se relayaient, et les responsables du Concours envisageaient depuis quelques années déjà d’y ajouter le violoncelle, un instrument qui possède également un répertoire très riche.

C’est chose faite : la première édition pour violoncelle aura lieu en 2017, après le violon du 4 au 30 mai prochain et le piano au printemps 2016. "La décision de la création d’une nouvelle session, consacrée au violoncelle, s’est imposée tout naturellement, à la suite de rencontres avec des jeunes violoncellistes de très haut niveau et par l’émulation que suscite l’instrument partout dans le monde aujourd’hui. Malgré cet enthousiasme, un grand concours consacré au violoncelle semble manquer dans le paysage international", expliquaient les responsables du Reine Elisabeth en janvier.

Les musiciens que l'organisation a rencontrés ces derniers mois ont directement manifesté leur intérêt pour l’ouverture du Concours à cette nouvelle discipline. "Le répertoire riche, propre au violoncelle, viendra logiquement compléter celui des autres disciplines du Concours", estimaient encore les responsables.

La première session pour violoncelle est programmée en mai 2017, soit 80 ans après la création du Concours Eugène Ysaÿe (ancienne dénomination de la compétition) à Bruxelles. Le règlement pour les candidats et les partenaires musicaux sera présenté en janvier 2016.

Pour de nombreux mélomanes, qui suivent le Concours Reine Elisabeth de plus ou moins longue date, c’est un vieux rêve qui se réalise enfin.

Michel Cooreman Events Photography