Juan Carlos s’oppose à une reconnaissance de paternité

L’ancien roi d’Espagne (photo d'archives) a déposé un recours devant la justice contre la demande de reconnaissance de paternité présentée par Ingrid Jeanne Sartiau, une Belge de 48 ans qui affirme être la fille illégitime de Don Juan Carlos de Bourbon. En janvier dernier, le tribunal suprême espagnol avait accepté d’examiner la demande de Sartiau. Celle-ci vient aussi de saisir la justice en appel, pour forcer un test ADN de l’ancien souverain, qui a perdu son immunité totale en abdiquant en juin 2014.

Une source judiciaire a indiqué ce samedi que l’ancien souverain espagnol Juan Carlos a déposé un recours devant la justice contre la demande de reconnaissance de paternité émanant de la Belge Ingrid Jeanne Sartiau. Ses avocats ont déposé un recours en appel pour mettre fin à la première action judiciaire à laquelle Juan Carlos, âgé maintenant de 77 ans, est confronté depuis qu'il a perdu son immunité totale après avoir abdiqué en faveur de son fils Felipe VI en juin dernier.

Cette action judiciaire a été introduite par la Belge Ingrid Jeanne Sartiau (48 ans), qui affirme être le fruit d'une liaison entre Juan Carlos et sa mère. Ces derniers se seraient rencontrés lorsque la mère d’Ingrid travaillait dans les années 1950 et 1960 en France, comme gouvernante.

Sartiau (photo) prétend qu'elle a été conçue par Juan Carlos au milieu des années 1960, avant qu'il ne devienne roi. Il avait épousé la Reine Sofia en 1962. "Juan Carlos a fait appel de la décision de la justice espagnole d'accepter la poursuite pour reconnaissance de paternité", a indiqué samedi une source judiciaire.

Ingrid Jeanne Sartiau a elle aussi saisi la justice en appel, puisque le tribunal n'a pas encore ordonné à Juan Carlos de se soumettre à un test d'ADN, comme la plaignante le demandait, a précisé la même source.

Les avocats des deux parties et les procureurs doivent maintenant examiner ces appels, avant qu'ils ne soient renvoyés devant la justice qui doit statuer. Ceci qui pourrait prendre des semaines, selon cette source. Des médias espagnols ont cependant avancé la date de la mi-mars pour une décision de justice sur les deux appels.