Un djihadiste présumé remis par la France à la Belgique

Un des deux frères belges interpellés en France, au lendemain du démantèlement d’une cellule djihadiste qui planifiait des attentats en Belgique, a été remis ce mardi aux autorités belges. Le parquet fédéral a confirmé des informations données par Het Nieuwsblad et des journaux du groupe Sudpresse. L’homme de 25 ans serait un membre du groupe de Verviers.

Les deux frères de nationalité belge avaient pris la fuite le 15 janvier dernier, après avoir appris l’intervention de la police fédérale dans une habitation de Verviers, où se cachaient trois terroristes présumés. Le duo avait cependant été intercepté la nuit même à Modane, à proximité de la frontière italienne.

La Belgique avait émis un mandat d’arrêt européen à leur encontre. Le plus âgé des frères (32 ans) avait marqué son accord pour être livré à la justice belge. Il a été remis à la Belgique en janvier et comparaîtra vendredi devant la Chambre du conseil.

Son frère cadet s’était d’abord opposé à une remise, avant de l’accepter le 4 février. Il a été remis ce mardi par les autorités françaises à la Belgique. L’homme de 25 ans a été placé sous mandat d’arrêt et comparaîtra dans les prochains jours devant la Chambre du conseil de Bruxelles.

Lors de ses premières déclarations, l’aîné des frères avait prétendu que, le jour de l'opération policière à Verviers, son frère l'aurait appelé pour aller chercher ensemble une voiture d'occasion à Gênes, en Italie. Cependant, il y avait sur son smartphone des traces d'une recherche sur le groupe Daesh. Il est depuis lors revenu sur ses propos.

Son frère cadet est considéré comme un élément essentiel de l'enquête. Il aurait apporté un soutien logistique important à la cellule démantelée à Verviers.