Un Belge tué dans l’attentat de Bamako

Le ministère belge des Affaires Etrangères a confirmé ce samedi matin le décès d’un Belge dans une attaque contre le restaurant La Terrasse dans la capitale du Mali, dans la nuit de vendredi à samedi. L’attentat a fait 4 autres victimes : trois Maliens et un Français. Il pourrait s’agir d’un attentat terroriste. Deux suspects ont été appréhendés.

L'attentat a été condamné ce samedi par le Premier ministre Charles Michel (MR) et le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR, photo). "Je peux confirmer qu'un Belge figure parmi les victimes tuées dans l'attentat", a indiqué le porte-parole des Affaires Etrangères, Michael Mareel. Ce dernier n'a toutefois pas pu donner davantage d'informations.

Les cinq victimes ont été abattues dans la nuit de vendredi à samedi alors qu'elles se trouvaient dans le restaurant La Terrasse à Bamako, fréquenté par les expatriés et très populaire auprès des Européens.

L'attaque aurait été menée par au moins un homme armé, qui a lancé des grenades et tiré des coups de feu, avant de prendre la fuite à bord d’une voiture avec l’aide d’un complice. L’attaque meurtrière a fait au moins cinq morts: trois Maliens, un Belge et un Français.

Via son compte sur le site de micro-blogging Twitter, le Premier ministre Charles Michel a condamné "ce lâche attentat". Il a également présenté par la même voie ses condoléances aux familles des victimes. Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a lui aussi condamné sur le réseau social "la terreur ignoble qui a à nouveau lâchement frappé à Bamako". "Nos pensées vont aux victimes, dont un Belge, et à leurs proches", a-t-il conclu.

D'après le porte-parole des Affaires Etrangères, le Belge tué à Bamako travaillait depuis trois mois pour les services de sécurité de la délégation européenne au Mali.

Il s'agit d'un homme de 40 ans, originaire du nord de la Belgique. Sa famille ne souhaite pas faire connaître son identité.

Terrorisme ?

Un policier et un garde d’un domicile privé seraient parmi les trois victimes maliennes. L’attentat a également fait au moins 8 blessés, dont trois Suisses.

Un agent malien aurait qualifié l’attaque d’attentat terroriste. Le ministre belge des Affaires Etrangères n’a pas contredit ces propos. "Il pourrait effectivement s’agir d’un acte terroriste".

L’attaque semble avant tout dirigée contre les ressortissants français, et par extension contre les Occidentaux résidant au Mali. Il y a presque 2 ans, l’armée française intervenait dans la guerre civile au Mali. La France y a stationné 300 soldats, dont 50 instructeurs belges, impliqués avant tout dans la lutte contre l’organisation terroriste Al Qaeda.

Le parquet fédéral a ouvert une enquête à la suite de "la mort violente d'un ressortissant belge" à Bamako. "Un magistrat fédéral et deux agents de police se trouvent déjà au Mali, dans le cadre d'une visite de travail aux militaires belges qui y sont stationnés.