Moins de réfugiés via la Flandre vers la Grande-Bretagne

L’an dernier, quelque 1.037 réfugiés ont été appréhendés en Flandre occidentale alors qu’ils tentaient de se rendre en Grande-Bretagne. C’est 20% en moins qu’en 2013. En cause, vraisemblablement, les mesures strictes prises à l’encontre des trafiquants d’êtres humains qui opèrent notamment le long d’autoroutes.

La Flandre occidentale est confrontée de longue date au problème de réfugiés qui tentent de passer en Grande-Bretagne à bord de camions. Ils le font souvent avec l’aide de trafiquants d’êtres humains, qui y gagnent beaucoup d’argent. Les réfugiés sont régulièrement embarqués à bord de camions sur des aires de parking en Flandre occidentale.

Des chiffres récents indiquent que le nombre de trafiquants actifs en Flandre occidentale a diminué. Ces derniers sont sans doute découragés par les mesures strictes prises à leur encontre par la justice belge.

Si le nombre de réfugiés en transit appréhendés en Flandre occidentale a diminué, cela ne signifie cependant pas que le problème a disparu. « Nous constatons un déplacement du problème vers l’intérieur de la Belgique, le long de l’autoroute E40 », expliquait le gouverneur Carl Decaluwé à la VRT.

Un groupe de travail a donc été créé au-delà des frontières de la province et chargé de coordonner la lutte contre les trafiquants d’êtres humains aux abords de l’E40. D’ici peu, une grande opération de contrôles devrait être menée dans ce cadre.