Le vitrioleur du Delhaize anversois identifié

L’identité de l’homme soupçonné d’avoir attaqué une femme de ménage avec de l’acide dans un magasin Delhaize à Anvers le 20 février dernier est connue. Il s’agit d’un juriste néerlandais de 42 ans, qui a été arrêté récemment à Paris. Il devrait être remis prochainement à la Belgique, indiquent les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.

L'homme a comparu mercredi devant la Chambre des mises en accusation de Paris et ne s'est pas opposé à sa remise à la Belgique, a indiqué jeudi le parquet de Bruxelles. Ce dernier n'a toutefois pas confirmé l'identité du suspect révélée par plusieurs médias. Il s'agirait d’un juriste néerlandais âgé de 42 ans, originaire d'Amsterdam.

A la fin du mois d'octobre dernier, il aurait quitté Amsterdam où il travaillait en tant qu'employé administratif d'un chantier naval, pour déménager à Barcelone. Les enquêteurs belges pensent toutefois qu'il ne s'y est jamais rendu et que durant ce laps de temps, il a erré en Belgique et s'est rendu coupable d'une attaque à l'acide dans un supermarché Delhaize d'Anvers le 20 février dernier.

Au cours de cette attaque, une femme de ménage âgée de 52 ans a été aspergée d'acide. La victime a été grièvement brûlée par le produit et a également subi des lésions internes. Elle a été transférée à l'hôpital et maintenue dans un coma artificiel, dont elle est entretemps sortie.

L'attaque à l'acide avait été revendiquée le jour même par un homme qui se livrait depuis des mois à des actes d'extorsion visant Delhaize. En décembre dernier, la chaîne de supermarchés belge avait déjà reçu au moins deux courriers dans lesquels était émise la menace d'attaquer des clients à l'acide. Ces mails ont également été envoyés à l'agence de presse Belga.

Avant et après l'attaque à l'acide de février, Delhaize aurait versé près de 40.000 euros sur des comptes bancaires liés à des cartes de crédit prépayées françaises et anonymes appartenant au maître-chanteur. Ce dernier aurait envoyé ses messages via le réseau privé virtuel Darknet, afin de ne pouvoir être identifié.

"Il doit avoir développé une psychose"

La mère du juriste néerlandais affirme ne pas comprendre pourquoi son fils avait besoin d’argent. "Nous ne comprenons pas son comportement. Il n’avait d’ailleurs pas de problème avec Delhaize".

D’après l’ancien partenaire du vitrioleur, ce dernier était un homme calme et introverti, mais il souffrait régulièrement de dépressions passagères. "Nous ne pouvons pas imaginer autre chose que le fait qu’il ait développé une psychose", concluait sa mère.

Le suspect est attendu prochainement en Belgique, a indiqué ce jeudi le parquet de Bruxelles.