Les F-16 belges en Pologne ont intercepté des avions russes

Les quatre chasseurs-bombardiers F-16 belges déployés depuis le début du mois de janvier en Pologne, pour participer à la défense aérienne des pays baltes, y ont intercepté trois avions russes. C’est ce qu’a indiqué le ministère de la Défense à l’occasion d’une visite de son ministre Steven Vandeput sur place.

Ces avions ont effectué trois décollages d'alerte, soit 8,5 heures en six vols, qui se sont traduits par trois interceptions. Les quatre F-16 stationnés à Malbork (dans le nord-est de la Pologne) ont également effectué trente décollages à des fins d'entraînement, a précisé le cabinet de Steven Vandeput (N-VA) dans un communiqué.

Le détachement belge, qui compte une cinquantaine de personnes, est engagé dans la mission appelée "Enhanced Air Policing" (EAPM) au-dessus des trois pays baltes et de la Pologne. Elle s'inscrit dans le cadre du "plan d'action pour la réactivité" adopté l'an dernier par l'Otan à la suite de la crise ukrainienne.

Les Etats baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) ne disposent pas d'avions de chasse et la protection de leur espace aérien est assurée à tour de rôle depuis mars 2004, date de leur adhésion à l'Otan, par d'autres Etats-membres de l'Alliance atlantique. La Belgique a déjà participé trois fois à cette opération dénommée "Baltic Air Policing" (BAP), entre mars 2004 et janvier 2014.

En réaction à la crise en Ukraine, l'Otan a décidé en avril 2014 de quadrupler le nombre d'appareils alliés, sous forme de l'"Enhanced Air Policing Mission". Quatre pays assurent donc simultanément cette mission: deux à partir de la Lituanie, un au départ de l'Estonie et le dernier depuis la Pologne.

A Malbork, deux F-16 belges sont en permanence prêts à décoller dans des délais très courts en cas d'intrusion dans l'espace aérien de l'Otan. Les chasseurs participent aussi - sans arme - à des entrainements communs avec la force aérienne polonaise, dont les MiG-29 basés à Malbork.

Le ministre Vandeput (photo d'archives) a rendu visite aux aviateurs belges ce jeudi. Il devait aussi rencontrer le vice-Premier ministre et ministre polonais de la Défense, Tomasz Siemoniak, à Varosvie. Et il devait déposer une couronne de fleurs au monument du Soldat inconnu dans la capitale polonaise.