Une pièce commémorant la Bataille de Waterloo fâche la France

A l’occasion du bicentenaire de la bataille du 18 juin 1815 - qui opposa l’armée française emmenée par l’empereur Napoléon Bonaparte à une coalition de Britanniques, Allemands et Néerlandais dirigée par le duc de Wellington et aux Prussiens commandés par le maréchal Blücher, à Waterloo (actuel Brabant wallon) - la Belgique voulait mettre une pièce commémorative de 2 euros (photo principale) en circulation. La France a déposé un recours en février dernier contre cette pièce qu’elle juge "préjudiciable", indiquait ce jeudi le quotidien britannique The Telegraph. Mais au pied de la Butte du Lion à Waterloo, la France propose déjà des pièces commémoratives du même type, à l’attention des touristes.

Les pays membres de l’eurozone ont la possibilité de frapper des pièces spéciales de 2 euros à l’occasion d’événements marquants ou pour commémorer un fait ou un personnage historiques. A l’occasion du bicentenaire de la Bataille de Waterloo, qui eut lieu le 18 juin 1815 sur l’actuel sol belge et coûta la vie à 55.000 personnes, la Belgique voulait frapper une pièce de 2 euros commémorative.

Mais il semblerait que ce projet ne plaise pas au gouvernement français. Selon le journal britannique The Telegraph, la France aurait en effet déposé un recours contre cette émission spéciale en février dernier, quelques jours après la présentation du projet belge au Conseil de l’Union européenne.

Dans une lettre adressée au Conseil par la France, l’émission de la pièce commémorative est décrite comme "préjudiciable".

"La bataille de Waterloo est un événement avec une résonance particulière dans la conscience collective, qui va au-delà du simple conflit militaire. (...) La circulation de pièces portant des symboles négatifs pour une fraction de la population européenne nous semble préjudiciable, dans un contexte où les gouvernements de l'Eurozone tentent de renforcer l'unité et la coopération au sein de l'union monétaire", argumente la France, qui demandait à la Belgique de ne pas mettre la pièce en circulation.

"180.000 pièces frappées et emballées"

L’Union nationale des services publics (UNSP) est furieuse face à la requête française. "La Monnaie royale de Belgique a entretemps frappé et emballé pas moins de 180.000 pièces commémoratives", expliquait Manuela Wintermans à la rédaction internet de la VRT (deredactie.be).

"Ces pièces sont prêtes à être distribuées. Il serait irresponsable de les détruire maintenant, sans même parler du coût de production ".

Toujours selon Manuela Wintermans, la Monnaie royale de Belgique aurait cependant cédé à la demande de la France et ne mettra pas la pièce commémorative en circulation. Le porte-parole du ministère des Finances, Francis Adyns, ne voulait pas confirmer cette information à notre rédaction ce jeudi matin. Une réaction officielle devrait suivre prochainement.

La Monnaie de Paris le fait bien

Pour expliquer sa colère, l’Union nationale des services publics a diffusé des photos (ci-dessous) prises au centre de visiteurs qui se trouve au pied de la Butte du Lion à Waterloo et qui donne des explications historiques sur la Bataille du 18 juin 1815.

Ces photos montrent des automates à l’attention des touristes qui distribuent des pièces commémoratives de la Bataille de Waterloo. Ces "médailles souvenir" sont frappées par la Monnaie de Paris, le pendant de la Monnaie royale de Belgique.