La campagne BOB menacée de disparition

C’est l’une des conséquences de la sixième réforme de l’Etat : les campagnes de sensibilisation sur la sécurité routière sont désormais sous la compétence des Régions. Depuis plus de 20 ans, le gouvernement fédéral opte pour la campagne BOB afin de lutter contre l’alcool au volant. Mais la Flandre pourrait désormais en décider autrement.

A travers la campagne BOB, l’IBSR (Institut Belge pour la Sécurité Routière) a pour objectif premier d'inciter les conducteurs à ne pas prendre le volant après avoir bu de l’alcool. La formule a longtemps enregistré un franc succès et a même été suivie à l’étranger.

Le célèbre BOB pourrait toutefois bel et bien disparaître. D’après les quotidiens De Morgen et Het Laatste Nieuws, l’IBSR n’a toujours pas obtenu le feu vert de la Région flamande pour y mener une nouvelle campagne.

A la fin de l’année dernière, la Flandre a lancé un appel d’offre pour engager de nouvelles campagnes médiatiques sur la sécurité routière en 2015. "Plusieurs organisations sont candidates", indique le cabinet du ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA). "La procédure est toujours en cours".

Si un autre candidat que l’IBSR est choisi par la Flandre, il sera dès lors plus que probable que cette décision vienne signer la fin des campagnes BOB, ce nom ne pouvant être utilisé que par l’Institut belge.

"En tant qu’organisation privée, nous sommes propriétaires de la marque BOB", souligne Karin Genoe de l’IBSR. "Nous avons fait une proposition intéressante et avantageuse aux Régions. Selon leur réponse, on saura clairement si l’IBSR et BOB joueront encore un rôle".

D’après Ben Weyts, le nom BOB est un grand avantage pour l’IBSR. "Cela jouera certainement dans la décision. Mais nous devons respecter l’argent du contribuable, et nous choisirons dès lors la meilleure campagne pour le meilleur prix", conclut-il.