"Trop de foot et de cyclisme sur les chaînes de la VRT"

La radio-télévision publique flamande ne peut être un média de sport et de divertissement. Tel est l'avis du ministre flamand des Médias Sven Gats (Open VLD), exprimé lors d'un entretien avec le quotidien De Zondag. Pour lui, la VRT doit trouver un équilibre qui respecte également les autres acteurs du marché audiovisuel flamand.

"On peut dire qu’à certains moments, il y a vraiment beaucoup de foot et de cyclisme sur les chaînes de la VRT. C’est notamment l’avis de certains députés flamands. Je suis moi-même un amateur de sport, mais il faut peut-être trouver un autre équilibre", a indiqué Sven Gatz sur le plateau de l’émission dominicale de la VRT ‘De zevende dag’.

"Il est clair que le sport et le divertissement sont utiles pour attirer les gens vers l’information. Mais la VRT doit pouvoir trouver un équilibre, non seulement pour elle-même, en tant que service public fort, mais aussi pour les autres acteurs du marché. Et c’est toujours un équilibre très délicat", a-t-il ajouté.

Vers une plateforme digitale payante ?

"Il faut oser se demander si la VRT peut continuer à ne proposer que des contenus gratuits sur sa plateforme digitale" avance encore le ministre des Médias dans les colonnes du Zondag. "Je trouve que non. Il s’agit là de concurrence déloyale".

"Evidemment, l’information doit demeurer gratuite. Mais les interviews du week-end et les éditoriaux font-ils partie du coprs de l’information ?", se demande Sven Gatz.

Parallèlement, le ministre libéral flamand aspire à un "paysage radio sain". "La VRT possède aujourd’hui plus de 60% des parts du marché. On peut se demander si c’est vraiment sain". Sven Gatz s’est enfin dit ouvert au débat sur la vente éventuelle de la chaîne radio commerciale MNM.