Une Belge parmi les victimes de l’attaque à Tunis

Parmi les 20 touristes étrangers tués mercredi dans l’attentat au musée Bardo dans la capitale tunisienne, il y a une femme belge, a annoncé ce jeudi midi le ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders (MR). Il s’agit de l’épouse d’un Belge blessé par balle au genou pendant l’attaque. Il a reconnu sa femme parmi les victimes. Entretemps, le nombre total de victimes serait donc passé de 19 à 23 - soit 20 touristes étrangers au lieu de 17 et 3 Tunisiens, au lieu de deux.

Le ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders (photo) a présenté les condoléances du gouvernement belge et toute sa sympathie à la famille et aux proches de la victime, qui ont déjà été prévenus du décès. L’identité de la ressortissante belge tuée mercredi pendant l’attaque sanglante au musée Bardo de Tunis n’a pas été divulguée.

Il s’agirait néanmoins de l’épouse d’un Belge qui a été blessé au genou pendant cette même attaque, et dont les jours ne sont pas en danger. Il a été opéré au genou. Il a quitté l’hôpital pour aller reconnaître le corps de son épouse jeudi parmi les victimes à la morgue.

La Belge est une femme de 61 ans, originaire de la région d’Anvers. Le couple belge n'était pas remontés ce jeudi à bord du navire de croisière qui les avait amenés à Tunis pour visiter plusieurs attractions touristiques.

Entretemps, le nombre total de tués pendant l’attaque serait passé de 19 à 23. Il s’agit de 20 touristes étrangers au lieu de 17, et de trois Tunisiens au lieu de deux. Deux Espagnols décédés ont en effet été retrouvés ce jeudi matin. Ils s’étaient cachés derrière un bureau dans le musée Bardo, mais n’ont pas été épargnés. Deux des assaillants ont également été tués.

Incertitude à propos des Belges jusqu'à ce jeudi midi

Alors que le ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders (MR) déclarait, mercredi via Twitter, être "choqué par cette nouvelle attaque barbare en Tunisie", son porte-parole Hendrik Van de Velde affirmait mercredi soir que le ministère n’avait reçu aucune information qui pourrait indiquer que des Belges figureraient au nombre des victimes de l’attaque au musée Bardo ou que des compatriotes étaient présents sur place au moment de l’attaque sanglante.

La rédaction de la VRT avait cependant appris ce jeudi matin, via Michael Mareel - autre porte-parole des Affaires Etrangères -, qu’un Belge au moins a été blessé pendant l’attaque. Il aurait été blessé au genou par une balle, "mais ses jours ne sont pas en danger". L’identité de ce compatriote n’a pas été dévoilée.

Ce jeudi matin, l’agence de presse Belga indiquait que les Affaires Etrangères recherchaient encore toujours une Belge, qui était probablement présente au moment de l’attaque contre le musée Bardo à Tunis. La disparue voyageait avec le Belge blessé. Elle ne figurerait sur aucune liste des patients des hôpitaux de Tunis.

Les Affaires Etrangères voulaient encore vérifier les registres des morgues de la capitale tunisienne. C'est finalement effectivement là que le Belge blessé a reconnu la dépouille de son épouse, ce jeudi.

L’attaque menée par des hommes armés au musée du Bardo est la première à toucher des étrangers depuis la révolution tunisienne de 2011. Le Premier ministre tunisien Habib Essid a identifié les deux assaillants du musée du Bardo comme Yassine Abidi et Hatem Khachnaoui, deux noms à consonance tunisienne. Selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur, il s'agit "probablement" de Tunisiens. Le Premier ministre a aussi fait état de deux ou trois complices possibles.

L'attaque, qui a duré environ quatre heures, n'a pas été encore revendiquée. Selon le Premier ministre tunisien, les assaillants ont ouvert le feu sur les touristes alors qu'ils descendaient de leur bus et les ont ensuite pourchassés dans les couloirs du musée.