L’hiver clément est une aubaine pour les finances communales

Comme les villes et les communes ont dû dépenser moins cet hiver en sel et en main–d’œuvre pour les services d’épandage, ces fonds pourront être destinés à d’autres investissements. Les économies sont substantielles, à Riemst dans le Limbourg, elles atteignent 65%.

C’est au début du printemps que les communes font leurs comptes et réalisent que les budgets affectés aux services d’épandage et à l’achat de sel ont été beaucoup trop importants. L’hiver très doux que nous avons connu a limité les dépenses.

"C’est une excellente nouvelle pour les finances communales" a déclaré Marc Vos, le bourgmestre de Riemst qui a déjà fait le calcul de ses dépenses. "En ce qui concerne notre commune, nous avons utilisé 60 tonnes de sel au lieu de 400 tonnes ce qui était le maximum prévu".

"Nous avons dépensé 14.000 euros pour les coûts de personnel et le stockage du sel, or nous avions budgétisé 40.000 euros. En 2012-2013 nous avions même dépensé 57.000 euros pour ce poste. Nous réalisons donc une économie de 65% cette année. C’est un ballon d’oxygène pour d’autres investissements comme l’entretien préventif de nos routes".