A Anvers, les prostituées désormais numériquement enregistrées

A Anvers, les prostituées en vitrine seront désormais enregistrées numériquement. Cette mesure doit permettre d’apporter plus de clarté sur les personnes qui travaillent ainsi qu’une meilleure protection de ces dernières.
Verwendung weltweit, Modelfreigabe vorhanden., Model released., usage worldwide, Please check additional restrictions!, Bitte Ei

Il existe environ 300 vitrines de prostitution dans la métropole. Durant une première période d’essai qui a duré un an, quelque 2.000 prostituées ont déjà été inscrites dans un système digital mis en place sur internet. Ce système a désormais officiellement été lancé.

"Les bailleurs indiquent qui se trouve à quelle heure derrière quelle vitrine. Nos agents effectuent alors arbitrairement des contrôles afin de vérifier ces informations", explique Sven Lommaert de la police d’Anvers.

"Nous vérifions également s’il ne s’agit pas de mineurs ou de personnes victimes de traite d’êtres humains, surtout lors de nouvelles inscriptions".

Les contrôles sont effectués par des policiers en civil munis d'une tablette qui leur permet d'avoir directement accès aux données encodées. 

Le nouveau système a été totalement conçu à Anvers. D'autres villes montrent d'ores et déjà un intérêt à l'adopter, dont notamment Bruxelles, Gand ou encore Amsterdam.