Toujours moins de passagers pour De Lijn

De Lijn a transporté 532 millions de passagers en 2014, soit 7,4 millions de moins qu'en 2013. Il s'agit de la quatrième baisse de fréquentation consécutive des transports en commun flamands alors que leur ambition est d'augmenter le nombre de passager de 10,5% entre 2011 et 2015.

Entre 2000 et 2010, la fréquentation des transports en commun flamands avait connu une hausse considérable, en passant de 240 millions à 551 millions de passagers. Mais depuis 2010, De Lijn a enregistré une baisse de 3,5%, soit de 19 millions de voyageurs.

De Lijn avance plusieurs explications pour expliquer ce phénomène, dont les conditions plus strictes du régime d'échange d'une plaque d'immatriculation contre un abonnement ou la suppression des transports en commun gratuits à Hasselt. Le succès de la formule de paiement par sms serait également lié à cette baisse.

Cette perte de terrain intervient alors que l’objectif affiché dans le contrat de gestion de De Lijn est justement d'augmenter le nombre de passager de 10,5% entre 2011 et 2015. "Ce contrat de gestion a été établi durant une période de croissance. Depuis, nous sommes passés par une série de mesures d’économie. La prévision d’une hausse de 10,5% ne nous semble plus réalisable ", indique le porte-parole Tom Van de Vreken.

De son côté, le député flamand Joris Vandenbroucke (SP.A) estime que cette baisse du nombre de passagers est directement liée aux mesures d’économie imposées par le gouvernement flamand, et à la baisse progressive de l’offre qui s’en suit. "Une baisse de l’offre équivaut tout simplement à une baisse du nombre de voyageurs. Epargner davantage mènera à un nouveau recul du nombre de navetteurs", souligne-t-il.

Le socialiste flamand pointe également du doigt le coût élevé de l’abonnement et des tickets de bus : "Faire payer plus pour moins de transports ne me semble pas une bonne manière d’amener les gens à délaisser leur voiture. En tant que championne européenne des embouteillages, la Flandre a besoin de transports plus nombreux et de meilleure qualité plutôt que moins nombreux et onéreux".