De Wever: "Cette plainte est trop ridicule pour réagir"

Bart De Wever, le bourgmestre d’Anvers et président de la N-VA, s’est dit extrêmement surpris par la plainte pour racisme déposée contre lui par 7 Belges d’origine marocaine et une organisation de défense des Droits de l’Homme, à la suite de ses déclarations controversées sur les Berbères. "C’est trop ridicule pour réagir. Si je suis condamné pour cela alors c'est game over. Si la vérité ne peut pas être dite, cela s'arrête ici, pourquoi encore faire de la politique."

Après une semaine de protestation et une plainte déposée au parquet d’Anvers, Bart De Wever maintient toujours ses déclarations faites sur le plateau de l’émission Terzake (VRT) la semaine dernière concernant les Berbères.

"Je suis droit dans mes bottes. Je ne vais tout de même pas faire marche arrière" a-t-il déclaré dans une interview au quotidien Het Laatste Nieuws.

"Présenter mes excuses ? Vous n’y pensez pas. Pourquoi devrai-je le faire ?"

Selon Bart de Wever, ceux qui ont écouté attentivement l’interview dans "Terzake" savent pertinemment bien que je n’avais pas de mauvaises intentions. J’ai simplement mis le doigt là où ça fait mal et exprimé ma préoccupation. J’aurais bien été idiot si je m’étais exprimé avec une mauvaise intention alors que je suis le bourgmestre d’une ville où il y a 174 nationalités différentes".

Il reconnaît cependant qu’il aurait peut-être dû être moins précis. "Ce n’est pas parce que j’ai cité les Berbères en tant que groupe que j’ai stigmatisé chaque berbère individuellement" a-t-il encore déclaré.

Il est peu vraisemblable que Bart De Wever soit poursuivi pour ce qu'il a dit, mais si c'était le cas, il déclare qu'il prendrait ses responsabilités et se défendrait lui-même devant le juge.

"Alors, je demanderais moi-même au président de la Chambre, Siegfried Bracke, de lever mon immunité parlementaire. Si je suis jugé pour cela, pourquoi devrais-je continuer à faire de la politique?"

Bart De Wever a aussi un sentiment amer sur la manière dont ses partenaires de coalition du CD&V et de l'Open VLD se sont distanciés de lui.

Le seul qui trouve grâce à ses yeux est le Premier ministre Charles Michel (MR). "S'il y en a bien un à qui cela aurait fait du tort que la N-VA soit présentée comme un parti raciste, c'est bien lui. Il aurait pu me laisser tomber mais ne l'a pas fait. A mes yeux cela fait de lui un grand monsieur".