2,8 millions de Belges font la navette pour travailler

En Belgique, quelque 2,79 millions de personnes se rendent quotidiennement en transports en commun ou voiture à leur lieu de travail. Cela représente 65% de la population active, mais des différences se marquent d’après les provinces. D’autre part, environ 92.300 personnes vont travailler à l’étranger, avant tout dans un pays voisin. C’est ce qui ressort du Census 2011, le premier recensement national effectué par la direction générale Statistiques du ministère à l’Economie.

Les chiffres du ministère à l’Economie attestent cependant de grandes différences entre les provinces pour ce qui est du pourcentage de personnes actives qui doivent quotidiennement faire la navette, que ce soit en train ou autres transports en commun ou en voiture.

Alors que près de la moitié des travailleurs résidant dans le Brabant wallon franchissent les frontières de leur province pour aller travailler, ils ne sont que 15% en Flandre occidentale à le faire, selon les derniers chiffres issus du Census 2011.

D’autre part, 2% de la population active occupée - soit environ 92.300 personnes – travaillent dans un autre pays. Les mouvements vers l'étranger les plus importants sont observés dans les arrondissements frontaliers avec les Pays-Bas, l'Allemagne, le Grand-Duché de Luxembourg, et dans une moindre mesure avec la France.

Les grandes villes et leurs alentours voient logiquement une part importante de leurs actifs exercer leur emploi au sein même de leur commune de résidence. C'est notamment le cas à Bruges (63%), Anvers (62%) et à Gand (60%).

Les villes wallonnes comptent aussi beaucoup d'actifs qui travaillent dans leur commune de résidence. En Wallonie, Tournai arrive en tête (60%), suivie d'Eupen avec 58%. Ce sont des chiffres supérieurs à celui des grandes villes wallonnes comme Charleroi (56,5%), Namur (56%), Liège (54,5%) et Mons (49%).

Les plus consultés