Déficit de 550 millions d’euros pour le budget flamand

Au terme d’une semaine de négociations, le gouvernement flamand a décidé ce vendredi de plonger son budget 2015 dans le rouge, à hauteur d’un peu plus d’un demi-milliard d’euros. C’est moins que les 765 millions de déficit envisagés par le Conseil supérieur des finances. Le gouvernement régional prévoit néanmoins de revenir à un équilibre budgétaire dès 2017, a annoncé le ministre-président Geert Bourgeois (N-VA).

La faible croissance économique et les conséquences budgétaires négatives de la sixième réforme de l’Etat avaient incité le Conseil supérieur des Finances à décider que le budget flamand pourrait descendre dans le rouge à hauteur de 765 millions d’euros. Et que l’équilibre budgétaire ne serait retrouvé qu’en 2018.

"Nous continuons à traverser une zone de mauvais temps", déclarait le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA), ce vendredi midi, lors d’une conférence de presse. "Cela est dû au fait que la croissance reste bien trop basse. Malgré cela, nous réalisons tout de même des efforts accrus. Nous fixons le déficit à 550 millions d’euros et nous comptons renouer avec l’équilibre budgétaire en 2017".

L’impossibilité pour le gouvernement Bourgeois de respecter l’équilibre initialement prévu lors de la confection du budget 2015, en septembre dernier, était dans l’air depuis quelques mois. L’effort pour retrouver l’équilibre se chiffre à quelque 880 millions d’euros. En cause, les paramètres macro-économiques négatifs (-512 millions en raison de la croissance et de l’inflation défavorables) et la moins-value annoncée dernièrement par le fédéral sur le retour aux Régions de recettes de la loi spéciale de financement (près de 400 millions).

L’effort était d’autant plus lourd à supporter que le gouvernement avait déjà budgété des économies pour 1,15 milliard d’euros. Ces derniers jours, le gouvernement a toutefois pu réaliser de nouveaux efforts pour réduire le déficit de 880 millions à 548,4 millions.

Des économies supplémentaires lui ont en effet permis de retrouver 111,5 millions d’euros, tandis qu’il ira chercher près de 150 millions en mesures uniques (comme la vente de patrimoine). Une réforme des droits de donation lui fait en outre espérer 57 millions d’euros de recettes.