De plus en plus de graffitis sur les trains

La SNCB a recensé ces derniers temps un nombre croissant de graffitis dessinés sur les wagons de ses trains. L’an dernier, il y a eu plus de 2.000 constats de ce type, soit quatre fois plus qu’en 2010. Les chemins de fer signalent néanmoins qu’ils accordent actuellement davantage d’attention à ce phénomène, ce qui expliquerait en grande partie le nombre accru de constats.

Le nettoyage des tags appliqués sur des wagons ou locomotives de trains a coûté l’an dernier à la SNCB un total de 2,5 millions d’euros. Les chemins de fer ont fait quatre fois plus de constats de graffitis sur leurs trains en 2014 qu’en 2010.

"C’est la raison pour laquelle nous avons déjà pris un certain nombre de mesures, en collaboration avec les services de police et nos propres services de sécurité", expliquait Frieke Neyrinck de la Société nationale des chemins de fer belges. Ces mesures comprennent notamment des patrouilles régulières.

"Nous préparons également un large plan d’action pour combattre le phénomène des graffitis, à savoir une meilleure collaboration avec la police. Nous voulons aussi atteindre une sécurisation plus performante des endroits où les rames de trains sont stationnées pendant la nuit. Il s’agit également de parvenir à une meilleure gestion de l’information, mais tout est encore en préparation", précise Frieke Neyrinck.