Les primes énergétiques moins prisées en Flandre

L’an dernier, les autorités flamandes ont accordé 32% de primes en moins par rapport à 2013 à la suite d’une diminution importante du nombre de demandes. Pour l’isolation d’un toit, les demandes de subsides sont même en baisse de 43%. C’est ce qui ressort des chiffres fournis par la ministre flamande à l’Energie, Annemie Turtelboom (Open VLD), au député flamand Robrecht Bothuyne (CD&V). L’information figure dans le quotidien Het Nieuwsblad.

La baisse du nombre de demandes de primes énergétiques ne signifie cependant pas que toutes les habitations en Flandre sont parfaitement isolées. "Plus d’un quart de toutes les habitations n’ont, par exemple, toujours pas de bonne isolation du toit, et la moitié des habitations n’ont pas d’isolation des murs creux", relate le député flamand Robrecht Bothuyne.

"Il est clair que les personnes convaincues ont déjà investi dans une isolation, ou projettent de le faire dans un avenir proche". Mais il reste un groupe important de Flamands qui ne savent pas comment économiser de l’énergie et donc de l’argent.

"Nous devons essayer d’atteindre ces gens-là, par exemple par le biais d’audits énergétiques de leurs maisons. De cette façon, on peut leur montrer concrètement comment réaliser des économies s’ils investissent dans l’isolation de leur toit ou leurs murs ou achètent une chaudière à combustion".

La ministre flamande à l’Energie, Annemie Turtelboom (photo), souligne qu’elle travaille à une réforme en profondeur des subventions énergétiques, dans le but d’encourager un nombre accru de citoyens à faire isoler leur habitation.

"Le 1er janvier dernier, nous avons lancé le prêt énergétique, pour éliminer le problème du préfinancement. Mais nous devons continuer à étudier quelles sont les réticences, soient-elles psychologiques, qui empêchent les gens d’avoir recours aux primes énergétiques".

La ministre Turtelboom a aussi déjà lancé un Pacte de rénovation, qui vise à accélérer ces prochaines années une rénovation de qualité des habitations en Flandre, pour faire baisser plus rapidement la consommation énergétique domestique.