L’Avenir à son tour visé par des cyberattaques

Le site internet des journaux de l'Avenir a été visé par trois cyberattaques durant la nuit de mardi à mercredi. Ce matin, la page web était à nouveau disponible. La mise hors service du site a été revendiquée par un individu qui affirme être également derrière les cyberattaques ayant visé les groupes médias Rossel et IPM dimanche et lundi. Le groupe des journaux de L'Avenir a déposé plainte contre X auprès de la police judiciaire fédérale de Namur.

L'Avenir a été touché une première fois mardi soir peu après 20h, puis juste avant 23h50, et à une troisième reprise peu après 00h30. A chaque fois, la disponibilité du site était rétablie après une vingtaine de minutes. Le hacker parvenait à bloquer le site par l'envoi de "millions de requêtes". A chaque interruption, il a lui-même arrêté de surcharger le site après quelques instants.

"Il n'y a eu aucune intrusion dans le système. Seul le site internet de L'Avenir a été bloqué, la rédaction a donc pu continuer à travailler sur les autres outils informatiques", est-il précisé.

Selon l'Avenir, la mise hors service du site a été revendiquée "dès les premiers instants de l'interruption", par un individu qui affirme être également derrière les cyberattaques ayant visé les groupes médias Rossel et IPM dimanche et lundi. Son but serait de "montrer que les sites ne sont pas sécurisés".

Le directeur financier de L'Avenir a déposé plainte contre X mercredi matin auprès de la police judiciaire fédérale de Namur.