Gand bat le Standard et reprend la 1ère place

Gand s'est imposé vendredi au Standard (1-3) grâce à des buts de Nicklas Pedersen (18e et 52e) et de Serge Tabekou (90e+4) dans un match comptant pour la 3e journée des play-offs 1. Grâce à ce succès, les Buffalos (35 points) reprennent la tête du classement avec une unité d'avance sur le Club Bruges et 3 sur Anderlecht, qui s'affrontent dimanche (18h00). Geoffrey Mujangi Bia a réduit le score sur penalty (66e) pour le Standard (30 points), qui reste 4e.

Après avoir donné la leçon à Anderlecht, le Standard aurait voulu en faire autant avec Gand mais l'absence de Mehdi Carcela s'est ressentie. Privé de Moses Simon, Hein Vanhaezebrouck a surpris en titularisant Marko Poletanovic et Pedersen. Un choix payant puisque le Danois a ponctué victorieusement (23e) un mouvement d'ensemble (0-1).

Cette avance n'était pas usurpée: Gand a directement démontré qu'il n'avait pas l'intention de jouer les sparring-partners. Laurent Depoitre a déjà eu une belle occasion de but (12e) mais l'attaquant des Buffalos, qui n'a plus marqué depuis plus de deux mois, a prolongé sa période de disette. Juste après le but d'ouverture, Yohann Thuram a sorti un ballon dangereux de Brecht Dejaegere. Le gardien du Standard a ensuite encore été alerté coup sur coup par Danijel Milicevic (30e et 31e). En réaction, le duo Bia- Imoh Ezekiel a inquiété la défense gantoise (36e et 38e) mais à chaque fois, un arrière est intervenu in-extrémis pour empêcher l'égalisation.

La seconde période a débuté par un sauvetage de Thuram devant Dejaegere. Le gardien rouche a reculé l'échéance: à la 52e, Pedersen l'a battu d'une volée de loin (0-2). Le Standard a réagi par Bia, qui a obligé Matz Sels à effectuer son premier save (54e). Le gardien buffalo a encore été alerté par Adrien Trebel (57e) et Ezekiel (61e) avant de s'incliner (66e) sur un penalty transformé par Bia (1-2). Le Standard a continué à presser sans réussir à décrocher le partage malgré les montées de Jeff Louis, Yuji Ono et Ricardo Faty. A la 90e +4, Tabekou a parachevé le travail gantois (1-3).