Marleen Temmerman quitte l’OMS pour le Kenya

La gynécologue gantoise de renom international (photo) dirige depuis bientôt 3 ans le département de Santé reproductive et Recherche de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), à Genève en Suisse. Un poste pour lequel elle avait quitté la politique belge à l’été 2012. Marleen Temmerman (62 ans) prendra la direction du département de Gynécologie et d’Obstétrique à l’Université Aga Khan de Nairobi, au Kenya.

En juin 2012, la gynécologue gantoise reconnue comme une autorité mondiale dans son domaine, était choisie parmi 240 candidats - sur base de son expérience scientifique, mais aussi de professeur et dans la politique belge - pour diriger le département de Santé reproductive et Recherche de l’Organisation mondiale de la Santé, à Genève. Celle qui était entrée en politique en 2001 et était depuis fin 2011 chef de groupe du parti socialiste flamand SP.A au Sénat annonçait alors qu’elle quittait la politique pour aller vivre et travailler en Suisse, à l’OMS.

Elle occupera donc bientôt ce haut poste depuis 3 ans. Mais ce lundi, les journaux du groupe de presse Mediahuis annoncent que Marleen Temmerman quittera bientôt l’OMS pour un nouveau défi professionnel. En octobre 2015, elle déménagera au Kenya pour prendre de nouvelles activités au sein de l’Aga Khan Development Network (AKDN).

Temmerman (photo) a déjà vécu entre 1986 et 1992 à Nairobi au Kenya, avant de participer en 1994 à la fondation du Centre international de Santé Reproductive (ICRH), à la suite de la Conférence internationale sur la Population et de Développement du Caire. Ce centre de recherche interdisciplinaire fonctionne au sein des facultés de médecine et de sciences sociales de l’Université de Gand (Flandre orientale), où Marleen Temmerman enseignait à l’époque.

Marleen Temmerman explique sa décision de quitter l’OMS pour le Kenya : "J’ai déjà atteint l’âge de la pension à 62 ans à l’Organisation mondiale de la Santé. Mais on m’y avait tout de même demandé de rester un an de plus. Et puis, on aurait vu pour la suite. C’est alors que l’AKDN a frappé à ma porte".

"L’Aga Khan Development Network est un réseau de développement qui est très actif dans le domaine de la santé, mais aussi de l’enseignement. Sur le campus de l’Université Aga Khan à Nairobi, je vais reprendre la direction du département de Gynécologie et d’Obstétrique", précise encore Temmerman.