La conscience écologique des Belges laisse à désirer

A peine la moitié des Belges (47%) se sentent coupables lorsque qu'ils posent un acte ou adoptent un comportement nuisible à l'environnement, selon les résultats d'une étude du bureau d'enquêtes GfK publiée lundi, en marge de la journée internationale de la Terre le 22 avril. Cette attitude place notre pays bien en dessous de la moyenne internationale (63%).

L'étude, menée auprès de 28.000 personnes, dans 23 pays, montre qu'en Belgique, si 47% des sondés se sentent peu coupables lorsqu'ils adoptent un comportement défavorable à l'environnement, 23% déclarent ne ressentir aucune culpabilité du tout.

Cette attitude par rapport aux comportements écologiques et au sentiment de culpabilité place la Belgique bien en dessous de la moyenne internationale (63%) des citoyens qui prennent conscience de leurs actes. La Belgique fait toutefois mieux que la Corée du Sud (41%), la Pologne (38%) et la Suède (37%) en la matière.

L'étude pointe également le paradoxe entre le mode de consommation des Belges interrogés et leurs convictions environnementales. A peine 43% d'entre eux affirment acheter des produits qui soient toujours en adéquation avec leurs croyances, valeurs et idéaux, alors que la moyenne internationale s'établit une fois de plus à 63%.

Enfin, près des trois quarts des Belges sondés (73%) pensent que les marques devraient prendre leurs responsabilités et proposer des produits plus écologiques. Un résultat proche de la moyenne internationale qui est de 76%.