"Une grève contre les citoyens", dénonce le Voka

La Fédération patronale flamande Voka et la Fédération des entreprises de Belgique FEB ont toutes deux fermement condamné le mouvement lancé par le syndicat socialiste CGSP. De leur côté, les Jeunes MR ont lancé ce matin une campagne pour contrer la grève. Sur le site jefaisgreve.be, les jeunes libéraux relaient des déclarations de politiques et de responsables syndicaux, auxquelles ils répondent en expliquant pourquoi ils estiment qu'elles ne sont pas correctes.

La fédération patronale flamande Voka a dénoncé la grève des services publics menée à l'appel du syndicat socialiste CGSP, la qualifiant de "grève contre les citoyens."

"Aujourd'hui, de nombreuses entreprises et de nombreux citoyens sont une nouvelle fois perturbés par la grève syndicale. La CGSP envoie un mauvais signal. En ces temps économiques difficiles, il n'y a qu'une seule option possible: réformer ensemble pour l'avenir", estime le Voka dans un communiqué.

L'organisation patronale estime également dommage que le syndicat socialiste ne respecte pas "le mandat donné par les électeurs au gouvernement pour avoir des services publics efficaces avec un budget responsable." "Tout changement revêt sa part d'incertitude. Mais un seul groupe ne peut pas tout bloquer et faire payer la facture aux autres. Nous en appelons au retour aux responsabilités après cette grève inutile", conclut le Voka.

Une grève "irresponsable, inacceptable et disproportionnée"

La FEB a également condamné la grève des services publics. "La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) juge la grève menée aujourd'hui par la CGSP irresponsable, inacceptable et disproportionnée", indique l'organisation.

Celle-ci déplore la paralysie ainsi provoquée dans les services publics, touchant "une nouvelle fois des milliers de citoyens et d'entreprises", via les perturbations dans les transports, la distribution du courrier, ou encore les administrations.

A cette occasion, la FEB a une nouvelle fois insisté sur son souhait de voir un service minimum obligatoire instauré. Selon elle, une grève comme celle de mercredi "prouve qu'il est nécessaire de revoir notre droit de grève". "Pas pour le brider, mais pour qu'il contribue à nouveau à un dialogue social digne de ce nom ainsi qu'à un climat social sain", précise la fédération.

"Faire la grève avant de dialoguer semble de plus en plus fréquent, alors que les accords interprofessionnels en vigueur prévoient l'inverse", déplore la FEB, pointant un impact "trop important" de la décision de "quelques-uns" (la CGSP).

Les Jeunes MR contre-attaquent avec le site jefaisgreve.be

Les Jeunes MR ont lancé, mercredi matin, une campagne sur le web pour contrer la grève dans les services publics. Sur le site jefaisgreve.be, les jeunes libéraux relaient des déclarations de politiques et de responsables syndicaux, auxquelles ils répondent en expliquant pourquoi ils estiment qu'elles ne sont pas correctes.

Les Jeunes MR donnent notamment leur position sur des questions telles que le saut d'index, la réforme des pensions ou encore la lutte contre le chômage. "C'est un peu notre façon de faire grève contre la désinformation", commente Mathieu Bihet, le président national des Jeunes MR dans un communiqué.

Les jeunes libéraux rappellent également, à travers leur président, leur engagement objectif envers le gouvernement Michel. "Nous ne sommes pas toujours d'accord sur tout avec nos ainés et nous n'hésitons pas à le dire quand cela est nécessaire. Toutefois, les mesures décidées au fédéral sont certes difficiles mais elles vont dans le bon sens pour assurer le retour d'une économie florissante soutenue par une croissance positive et un taux d'emploi élevé."