Quasi pas de trains, De Lijn et la Stib fortement perturbés

Le mouvement de grève des services publics est relativement bien suivi à Bruxelles comme ailleurs dans le pays. Le réseau des transports en commun bruxellois et flamand est fortement perturbé ce mercredi. Le trafic ferroviaire est quasi à l’arrêt. Certaines prisons, écoles et des hôpitaux ont également rejoint le mouvement de grogne.

Le trafic ferroviaire est extrêmement perturbé ce mercredi en raison de la grève des services publics lancée par le syndicat socialiste CGSP. Environ 5% des trains circulent, a indiqué un porte-parole de la SNCB vers 05h30.

En Région wallonne, seuls quelques trains circulent entre Arlon et Luxembourg. En Région flamande, ils sont plus nombreux. A ce stade, les lignes Courtrai-Gand-Saint-Nicolas, Denderleeuw-Alost et Denderleeuw-Grammont sont encore desservies. Mais la situation pourrait encore évoluer lors des prochaines heures.

Des grévistes bloquent par ailleurs les voies à Braine-le-Comte, Bruges, Ostende, Termonde, Bruxelles-Midi et Bruxelles-Nord.

Les navetteurs sont invités à consulter l'application ou le planificateur de voyage en ligne de la SNCB afin de prendre connaissance des perturbations en temps réel.

Des lignes de la Stib partiellement opérationnelles

Le réseau de transports en commun bruxellois Stib est également fortement perturbé par le mouvement de grogne. Malgré tout, une petite dizaine de lignes de bus, tram et métro sont exploitées. Sur ces lignes qui ne sont pas à l'arrêt, au minimum la moitié des véhicules circulent par rapport à un jour normal.

Parmi les lignes de métro, la 1 (Gare de l'Ouest - Stockel) et la 5 (Erasme - Hermann-Debroux) sont exploitées. Environ la moitié des rames habituellement en circulation sont de sortie. Une poignée de bus et de trams circulent également. Vu la fréquence fortement diminuée, les voyageurs doivent tout de même tenir compte de temps d'attente plus importants que d'habitude.

A noter que la situation évolue constamment et que la Stib tient à jour l'annonce des lignes exploitées sur son site internet et via Twitter. A 07h15, les lignes annoncées comme fonctionnelles s'étaient multipliées. Des trams 3, 4, 82 et 92 circulent, ainsi que des bus des lignes 12, 13, 21, 29, 34, 66, 95, 71, 78, 87 et 95.

Les lignes De Lijn perturbés dans toute la Flandre

En Flandre, la circulation est perturbée dans toute la région, la grève étant également bien suivie chez De Lijn.

A Anvers, la moitié des bus sont sortis de leur dépôt. Les transports en commun sont également fortement perturbés à Malines et Turnhout. Dans le Limbourg, seuls deux bus sur trois sont de service. C’est également le cas en Flandre orientale.

La circulation des bus dans le Brabant flamand est également perturbée. Dans la région de Dilbeek, aucune navette ne fait la liaison entre Bruxelles et Ninove. Les bus vers Brussels Airport à Zaventem roulent toutefois quasi normalement. A Louvain, la moitié des bus sont affectés par la grève.

En Flandre occidentale, les réseaux urbains sont particulièrement touchés à Bruges, Ostende et Courtrai. Environ 60% des trams de la Côte circulent.

A Bruxelles, prisons et hôpitaux sont affectés

Le mouvement de grève est relativement bien suivi dans la capitale. Un arrêt total du travail affecte les prisons de Saint-Gilles et Forest où les policiers se sont mobilisés pour remplacer les gardiens.

Un piquet a été déployé place de la Monnaie pour la culture. Des piquets sont aussi en place devant la tour des finances, devant l'hôpital Brugmann à Laeken, devant l'administration communale de Forest et, depuis mardi soir, devant le centre de tri de bpost Bruxelles.

A Molenbeek-Saint-Jean, la mobilisation est particulièrement forte avec des piquets à l'administration communale, dans les écoles et les garderies.

Au niveau des écoles publiques, le mouvement est relativement bien suivi. A l'ULB (Université libre de Bruxelles), un piquet filtrant est soutenu par l'USE (Union syndicale étudiante) et le BEA (Bureau des étudiants administrateurs) organise une journée de réflexion sur la politique sociale du gouvernement.