La Chambre a approuvé le projet de loi visant à autoriser un saut d'index

La Chambre a approuvé mercredi par 79 voix pour contre 55 voix contre, majorité contre opposition, le projet de loi relatif à la promotion de l'emploi qui permettra notamment la réalisation d'un saut d'index.

L'assemblée plénière a adopté dans la foulée le projet de loi visant à réformer les pensions dans le secteur public. Les deux textes ont été accueillis par une salve d'applaudissements sur les bancs de la majorité, à l'exception notable du CD&V.

Pour l’opposition, il s'agit d'une "injustice qui porte atteinte au porte-monnaie", a une nouvelle fois déploré Meryame Kitir (SP.A) alors que Kristof Calvo (Ecolo-Groen) a dénoncé "un chèque en blanc aux employeurs sur le dos des plus vulnérables".

La loi, qui entrera en vigueur après sa publication au Moniteur, permettra la réalisation d'un saut d'index de 2% sur les salaires et les allocations. La Chambre a également approuvé majorité contre opposition (sauf le PP qui a voté pour) la réforme des droits de greffe.

La séance plénière s'est achevée mercredi soir vers 22h avec l'examen du projet de loi concrétisant l'accord social entre huit des 10 partenaires sociaux sur l'évolution salariale (tous sauf le syndicat socialiste).

Il prévoit une augmentation nulle des salaires en 2015 et une augmentation maximale de 0,5% brute en 2016 ainsi que la possibilité, la même année, d'une augmentation complémentaire nette de 0,3% sans charge pour l'employeur (chèque-repas...). Ce projet de loi sera voté ce jeudi.

Le syndicat socialiste déplore des lois sur le saut d'index

La FGTB se réjouit du succès de l'action de grève menée dans les services publics à l'initiative de la CGSP, indique-t-elle mercredi soir. Le syndicat socialiste déplore cependant le vote des lois sur le saut d'index et la norme salariale, qui doit avoir lieu dans la soirée à la Chambre.

La journée a été doublement marquée, selon la FGTB: "positivement par la réussite de la journée de grève dans les services publics menée par les affiliés de notre centrale CGSP et largement rejoints sur le terrain par les autres travailleurs du secteur public", et "d'une pierre noire par le vote au Parlement de deux lois qui, clairement, touchent à la liberté de négociation de par leur grave intrusion dans des accords existants et à venir entre employeurs et travailleurs".

La FGTB déplore l'obstination de la majorité gouvernementale "dans sa volonté purement politique et idéologique à voter ces deux lois alors que la démonstration a largement été faite que les mesures (...) étaient antisociales et même contreproductives pour notre économie".

Le syndicat demande au gouvernement fédéral de rééquilibrer la situation et de prévoir les mesures nécessaires pour garantir la création d'emplois de qualité, et, dans ce sens, de s'assurer que les entreprises utilisent les cadeaux qui leur sont faits pour réellement favoriser l'économie réelle et l'emploi via des objectifs chiffrés.
La FGTB souhaite que le gouvernement "sorte de ses incantations pour rétablir enfin les conditions pour une véritable concertation sociale qu'il a bafouée aujourd'hui en modifiant des Conventions Collectives de travail qui sont le résultat d'équilibres entre interlocuteurs sociaux".

Le syndicat appelle le gouvernement à organiser une véritable concertation sur l'opportunité de relever l'âge de la pension et à impliquer les interlocuteurs sociaux dans le débat sur la révision du régime fiscal.