"Les immigrants non-européens gagnent à apprendre le néerlandais"

La ministre flamande Liesbeth Homans (N-VA), responsable notamment de l’Intégration civique, veut que dès 2016 les citoyens d’origine non-européenne qui s’installent en Flandre endéans les 5 ans de leur arrivée en Belgique suivent un cours de citoyennisation, même s’ils ont d’abord vécu en Wallonie ou à Bruxelles. Ce cours comprend l’apprentissage du néerlandais comme langue étrangère.

La ministre Liesbeth Homans précisait ce vendredi à la VRT que la mesure ne concerne pas les Wallons ou les Bruxellois qui décident à un moment de s’installer en Flandre. Elle concerne les immigrants non-européens qui s’installent en Flandre endéans les 5 ans de leur arrivée en Belgique, même s’ils ont d’abord vécu un certain temps à Bruxelles ou en Wallonie.

La ministre (photo) - et avec elle les partis de la majorité flamande N-VA, CD&V et Open VLD - veut ainsi éviter que ces néo-arrivants échappent à l’obligation de l’apprentissage du néerlandais parce qu’ils ne se sont pas installés directement en Flandre.

"La Flandre est la seule entité fédérée de Belgique, pour l’instant, qui impose un cursus de citoyennisation aux citoyens non-européens qui viennent s’y installer. Cette obligation sera d’application dès le 1er janvier 2016 aussi pour les immigrants qui sont d’abord passés par Bruxelles ou la Wallonie et s’installent endéans 5 ans en Flandre", précise-t-elle.

Le cursus de citoyennisation comprend un cours de néerlandais (langue étrangère) et une aide d’orientation sociale. "C’est très avantageux pour les immigrants, parce qu’ils y apprennent beaucoup de choses qui facilitent leur vie pratique en Flandre", précise Homans. Elle souligne que tout néo-arrivant "gagne à apprendre le néerlandais, pour pouvoir notamment suivre les progrès de ses enfants à l’école".

Liesbeth Homans précise que les autorités régionales bruxelloises ont signalé leur intention d’introduire aussi des cours de citoyennisation obligatoires. D’après la ministre flamande, il serait plus efficace que cette obligation se fasse de manière concertée entre les entités fédérées.