L’avion de B-Fast a atterri à Katmandou

L’avion de la Défense belge transportant une équipe d’intervention rapide B-Fast de 45 personnes a finalement pu décoller ce mardi après-midi de New Delhi (vers 18h locales) et est arrivé vers 17h30 heure belge à Katmandou. Parti dimanche soir de Melsbroek à destination du Népal, l’appareil avait dû dévier de son plan de vol lundi en urgence, vers le nord de l’Inde, parce que l’aéroport de Katmandou ne pouvait plus gérer le flux de l’aide humanitaire débarquant au Népal.

La mission de B-Fast à destination du Népal prenait ce mardi des airs de mauvais feuilleton. Après avoir dû dévier d’urgence de son plan de vol lundi, pour se diriger vers New Delhi et y attendre que l’aéroport de Katmandou, au Népal, puisse lui donner le feu vert d’atterrir, le groupe d'intervention humanitaire composé de 45 personnes a en effet perdu ce mardi matin son créneau d’atterrissage à Katmandou.

L’équipe d’intervention belge étant notamment destinée à chercher des survivants dans la région sinistrée, son utilité s’amenuisait à mesure que les heures s’écoulaient, les chances de retrouver des victimes vivantes diminuant. En fin de matinée, une annulation pure et simple de la mission était même vaguement envisagée.

Mais l'espoir de pouvoir quitter la capitale népalaise sinistrée avec l'appareil de B-Fast renaissait également en fin d’après-midi pour les personnes bloquées à Katmandou. La compagnie aérienne portugaise à laquelle la Défense loue l'avion a en effet donné la permission exceptionnelle aux pilotes d'atterrir de nuit à Katmandou. Étant donné que la piste d'atterrissage est entourée de sommets montagneux, la compagnie ne désirait pas laisser les pilotes engager la manœuvre après le coucher du soleil.

Nécessité faisant loi, les pilotes ont exceptionnellement reçu l'autorisation de rejoindre Katmandou de nuit, ce qui offrait des perspectives à la mission. Vers 18h heure locale, l’A321 pouvait enfin décoller de New Delhi, et il atterrissait à l’aéroport de Katmandou vers 17h30 heure belge, soit environ 3 heures plus tard. C’est ce que confirmait Stijn Vercruysse, journaliste de la VRT qui se trouve déjà sur place.

Environ dix-neuf personnes se trouvaient à l'aéroport de Katmandou à attendre l'appareil belge pour quitter le Népal. Quant à l’équipe B-Fast, elle devrait pouvoir commencer à se déployer rapidement sur le terrain.