L'équipe B-Fast rentre déjà du Népal

L’équipe belge d’intervention rapide B-Fast, composée de 45 personnes et qui avait quitté Melsbroek dimanche au lendemain du tremblement de terre au Népal, était arrivée mercredi soir à Gorkha, près de l’épicentre du séisme, après un détour obligé par New Delhi. Mais les villages rasés de la carte se trouvent dans les montagnes avoisinantes et ne peuvent être atteints que par hélicoptère. La frustration des secouristes belges augmente, alors que le nombre officiel de victimes dépasse déjà 5.500 morts et au moins 10.000 blessés. Ce jeudi soir, le chef de l'équipe B-Fast, Gilles Du Bois D'Aische, annonçait que la mission a décidé de rentrer en Belgique. Le retour prendra plusieurs jours.

L'équipe belge de secours B-Fast était arrivée mercredi vers 22h (heure locale) à Gorkha, où elle espérait commencer son travail ce jeudi. Le voyage du convoi, composé de quatre camions et deux bus, s'était mieux passé que prévu. L'équipe, qui devait notamment chercher des rescapés, allait débuter sa mission par une reconnaissance des lieux, dans l'espoir d'identifier des endroits où pourraient encore se trouver des survivants. Aucune équipe internationale de recherche et de sauvetage n'était jusqu'à présent active dans le district, situé à 150 kilomètres de la capitale.

Les Belges devaient travailler avec 12 Espagnols et une vingtaine de Singapouriens. Les chances de retrouver des survivants étaient cependant minces, cinq jours après le séisme. Selon les photos de la population locale, il y a encore des lieux où des recherches peuvent être utiles, avait indiqué le chef d'équipe, Gilles Du Bois D'Aische, avant de quitter la capitale. A Katmandou, B-Fast n'a quasiment plus d'utilité, avait-il ajouté.

Le journaliste de la VRT Stijn Vercruysse (photo), qui voyage avec l’équipe de B-Fast au Népal, avait cependant constaté sur le terrain que la localité de Gorkha "n’est pratiquement pas détruite. Tous les bâtiments sont debout, sauf un ou deux. L’équipe belge, spécialisée dans les recherches et les secours urbains, n’y a donc presque rien à faire".

Mais dans des villages qui se trouvent en montagne, à une demi-heure de Gorkha, les ravages sont énormes. "Ces villages sont gommés de la carte. Ils sont détruits à 100%. Et ils ne peuvent être atteints qu’avec des hélicoptères, ou après une journée de route et une journée de marche. La question est donc de savoir si B-Fast pourra disposer d’un hélicoptère. Il y a des hélicoptères à disposition, mais ils ne pouvaient pas voler ce jeudi, en raison d’une nébulosité trop intense".

L’équipe de B-Fast espérait pouvoir se rendre, par groupes en hélicoptères, vers ces villages reculés qui ne peuvent être ralliés par la route. "Après une reconnaissance, nous pourrons établir un plan d’action. Nous espérons que les nuages vont se lever rapidement", expliquait Gilles Du Bois D’Aische ce jeudi matin.

En début de soirée, la décision de rentrer prématurément en Belgique a cependant été prise. Par manque de matériel adéquat et en raison d'une longue attente d'autorisations officielles de travailler sur le terrain, l'équipe d'urgence belge n'a pu apporter les secours qu'elle aurait voulu prodiguer.

Aucunes nouvelles de 4 Belges

Les médecins, pompiers, membres de la Protection civile belges qui sont au Népal tentaient encore jeudi matin de ne pas se décourager après avoir vu leur entrée en action retardée de plusieurs précieux jours. Mais ils craignent arriver trop tard que pour pouvoir encore sauver d’éventuels survivants. Dans l’attente, les docteurs de l’équipe ont dispensé des soins à quelques habitants de Gorkha.

Entretemps, les Affaires étrangères manquaient encore toujours d'informations quant au sort de 4 ressortissants belges, jeudi. Ce chiffre était encore de 25 dans la journée de mercredi, mais ce nombre a pu être drastiquement réduit grâce aux contacts établis par le Centre de crise du ministère avec leurs familles et connaissances, avait indiqué le porte-parole Michael Mareel.

Le Centre de crise poursuivait jeudi ses efforts afin d'éclaircir la situation de ces 4 ressortissants belges. Toute information concernant les Belges au Népal peut être fournie ou demandée auprès des Affaires étrangères en formant les numéros de téléphone 02/501.40.00 et 02/501.40.01.