Qu’est-ce qui change ce 1er mai ?

Chaque mois amène son lot de nouveautés ou de suppressions. Cette fois, il s’agit notamment d’une augmentation très contestée du tarif minimum dans les crèches en Flandre et d’une réduction des bus à la demande et des services du dimanche de la société régionale de transports en commun De Lijn.

La société régionale flamande de transports en commun De Lijn doit économiser 35 millions d’euros. Pour ce faire, elle introduit au 1er mai une série de modifications dans ses horaires, et notamment dans son régime dominical. Un certain nombre de lignes ne seront ainsi plus desservies avant 10h le matin et après 19h le soir, le dimanche, en dehors des grandes villes. Mais selon la compagnie, cela ne changera rein pour 98% de ses voyageurs.

Le dimanche, les bus à la demande disparaîtront aussi dans trois régions de la province anversoise. Le 25 juin, il en ira de même pour sept régions du Brabant flamand.

La garde d’enfants devient plus chère

A l’origine, le tarif minimum standard dans les crèches de Flandre aurait dû passer au 1er avril dernier à 5 euros. Mais la mesure avait suscité beaucoup de critiques, mais elle sera quand même appliquée dès ce 1er mai. Des tarifs inférieurs resteront néanmoins possibles pour les personnes les plus défavorisées. Dans un premier temps, les adaptations seront d’application pour les nouvelles inscriptions et le recalcul de nouvelles attestations. Dès le 1er janvier 2016, les nouveaux tarifs s’appliqueront à tous.

Le tarif minimum standard, pour les crèches qui appliquent des prix dépendant des revenus des parents, passera donc de 1,56 euro à 5 euros par jour. Certaines corrections sociales sont cependant possibles. Pour les parents qui bénéficient d’un revenu d’intégration et suivent un cycle de formation auprès de l’Office flamand à l’emploi ou d’un centre public d’aide sociale, le tarif sera de 3 euros.

Le tarif minimum actuel pourra être maintenu pour les parents qui ont un enfant adoptif, et pour ceux qui ne peuvent payer 5 euros par jour.

VLM Airlines dessert 4 destinations depuis Liège

La compagnie aérienne anversoise VLM Airlines vole dès ce 1er mai depuis l’aéroport régional de Liège et dessert quatre destinations : 5 vols hebdomadaires vers Nice et Venise, et quatre vols hebdomadaires vers Avignon et Bologne.

Ces vols sont prévus jusqu’au 24 octobre, mais pourront être maintenus par la suite en cas de succès. L’aéroport liégeois en profite ainsi pour promouvoir son trafic passager.

« Avec ces nouveaux vols de ligne, nous visons tant les touristes que les hommes d’affaires », expliquait Arthur White, administrateur-délégué de VLM. « Les quatre nouvelles destinations sont des villes touristiques et des centres d’affaires ». Depuis mi-avril, la compagnie aérienne anversoise dessert également Hambourg depuis Anvers et Rotterdam, ainsi que Southampton depuis Anvers. Elle projette aussi de rallier Moscou et Tel Aviv depuis Anvers, dès 2016.

La FIFA interdit la propriété de footballeurs par des tiers

Le comité exécutif de la Fédération internationale de football association (FIFA) a décidé en décembre dernier de mettre en application son interdiction de la propriété de joueurs par des tiers, dès ce 1er mai. "Les accords déjà existants doivent cependant être maintenus jusqu'à leur expiration contractuelle" et "les nouveaux accords signés entre le 1er janvier et le 30 avril 2015" seront limités à une durée d'un an maximum.

La FIFA avait pris "la décision ferme" d'interdire cette pratique le 26 septembre dernier, son président Joseph Blatter jugeant alors qu'il y aurait "une période de transition pour faire appliquer cette interdiction". La pratique des joueurs possédés par des tiers est encore essentiellement en vigueur en Amérique du Sud. Elle est présente aussi en Espagne et au Portugal. Les droits sportifs des joueurs sont en copropriété entre des clubs et des investisseurs.

AFP