Un suspect de la cellule terroriste de Verviers libéré

La chambre du conseil de Bruxelles a décidé jeudi soir de remettre en liberté le suspect de 21 ans qui avait été recherché jusqu’en Espagne en janvier dernier - dans le cadre de l’enquête sur la cellule terroriste de Verviers - alors qu’il était à son domicile avec un bracelet électronique. L’information a été confirmée par son avocate, Me Galant. Abdelmounaim Haddad reste néanmoins inculpé de participation aux activités d’un groupe terroriste.

« Pendant les trois mois d’enquête, aucun indice n’a été trouvé qui permette de lier mon client à la cellule terroriste de Verviers ou de prouver sa collaboration aux projets d’un attentat », déclarait jeudi soir Me Nathalie Galant, avocate d’Abdelmounaim Haddad.

Le jeune homme de 21 ans a fait l'objet d'un mandat d'arrêt international à l'issue du démantèlement de la cellule de Verviers le 15 janvier dernier, alors qu'il portait un bracelet électronique et se trouvait à son domicile de Molenbeek-Saint-Jean. Il s'était spontanément présenté le 20 janvier dans un commissariat de la capitale et avait été placé le lendemain sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction.

Me Nathalie Galant précise qu'aucun contact n'a été établi depuis le 9 avril 2014 entre Abdelmounaim Haddad et les deux terroristes présumés abattus lors de l'assaut. Le 8 avril 2014, il était parti vers la Syrie avec ces deux hommes, mais il avait été renvoyé par les autorités turques vers la Belgique, le nom de son frère parti précédemment en Syrie étant alors connu.