"Il faut détruire les bateaux des passeurs sur le littoral libyen"

Le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) estime qu’il faut intensifier la lutte contre les trafiquants d’êtres humains. "Nous devons détruire les bateaux des passeurs jusque sur le littoral libyen. Les détruire lorsqu’ils sont déjà arrivés en Europe ne résout rien," a-t-il déclaré ce dimanche lors de l’émission "De zevende dag" sur la VRT.

A côté du sauvetage en mer des migrants, la communauté internationale doit aussi intensifier la lutte contre les passeurs. "Ce trafic international d’êtres humains est entre les mains d’organisations criminelles ainsi que d’organisations terroristes comme Daech".

Theo Francken préconise donc une intervention terrestre en Libye afin de détruire les bateaux des passeurs avant qu’ils ne puissent prendre la mer.

Theo Francken est-il alors partisan d’une opération militaire en Libye. "Non il ne s’agit pas d’une intervention militaire" répond-il.  "Nous devons aller sur le terrain sur la côte libyenne et y opérer avec Interpol, Europol et Frontex".

Une telle opération nécessite en principe un mandat du Conseil de Sécurité des Nations Unies et Theo Francken en est bien conscient. "Nous allons voir si c’est possible, mais d’un point de vue diplomatique ce n’est bien sûr pas évident. Mais si nous ne le faisons pas, je ne vois pas comment résoudre le problème autrement. Détruire les bateaux alors qu’ils sont déjà arrivés en Europe n’a aucun sens".

Theo Francken se rend ce dimanche soir en Italie pour discuter avec le gouvernement Renzi. "Je voudrais poser une série de questions au gouvernement italien. Les Italiens ne savent pas quelles sont les personnes qui entrent en Europe car ils ne prennent pas leurs empreintes digitales. Je vais leur demander pourquoi ils ne le font pas".

En ce qui concerne le sauvetage des migrants en mer, c’est aussi l’incertitude. "On ne sait pas jusqu’où on peut aller pour porter secours aux migrants" estime encore le secrétaire d'Etat.

Opération Triton

Le Conseil européen a décidé le 23 avril de renforcer la présence de l'Union européenne en mer, afin d'éviter "toute nouvelle perte de vies humaines", alors que des centaines de migrants ont péri en Méditerranée depuis le début de l'année dans le naufrage de leurs embarcations.

L'opération Triton, coordonnée par Frontex, l'agence européenne pour la surveillance des frontières, a été lancée en novembre 2014 pour aider l'Italie à contrôler ses frontières maritimes et récupérer les migrants sur des embarcations en perdition.

La Commission européenne a prolongé Triton jusqu'à la fin 2015, en lui allouant un budget de 18 millions d'euros.