Le port d’Anvers réclame la construction du dock Saeftinghe

Le conseil d’administration de l’entreprise portuaire anversoise a décidé officiellement lundi de demander au gouvernement flamand de prendre toutes les mesures nécessaires pour entamer aussi rapidement que possible la première phase de l’aménagement du dock controversé Saeftinghe, sur la rive gauche de l’Escaut. Cette construction, jugée nécessaire par les autorités portuaires pour accroître d’ici 2020 la capacité de traitement de conteneurs et éviter une congestion, entrainera néanmoins la disparition du village de Doel (Flandre orientale), contre laquelle s’opposent divers comités d’action depuis des années.

D’après l’entreprise portuaire d’Anvers, "le traitement de conteneurs atteindra d’ici deux à quatre ans le seuil critique de 80% de capacité". Pour accroître la capacité du port anversois d’ici 2020-2021 et éviter une congestion, il faut construire au plus vite le dock Saeftinghe dans le port du Pays de Waas. Il s’agit d’un immense bassin à marées de plus de 4.000 mètres de long et 600 mètres de large, qui dépassera en taille le dock Deurganck situé juste à côté.

Mais cela entraînera la disparition du village de Doel (Flandre orientale), contre laquelle se battent depuis des années divers groupes d’action. "L’histoire de Doel (photo) est une vieille histoire. Entretemps, le village a disparu à 90%", estimait l’échevin du port anversois, Marc Van Peel, dans l’émission "De Ochtend" (VRT) ce mardi matin. "La dernière décision prise par le gouvernement flamand précédent a clairement été que l’emplacement de Doel deviendra zone portuaire".

L’analyse des coûts-bénéfices sociaux du projet démontre, d’après le conseil d’administration de l’entreprise portuaire anversoise - qui l’a approuvé lundi soir -, que la construction du nouveau bassin Saeftinghe est "un projet socialement rentable". "Il est essentiel pour le port d’Anvers de continuer à faciliter la croissance à long terme de compagnies maritimes qui opèrent dans un environnement international et compétitif".

Le conseil d’administration demande donc avec insistance au gouvernement flamand de mettre en priorité à son agenda la construction du dock Saeftinghe, sur la rive gauche de l’Escaut. Il encourage l’équipe de Geert Bourgeois à lancer, notamment, les procédures d’expropriation nécessaires et de racheter les terrains qui seront inclus dans le projet. Le nouveau bassin devrait être prêt d’ici 2021.

BELGA/WAEM

Weyts : "Une expansion au bénéfice de l’économie flamande"

D’après le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts (N-VA), le nouveau bassin "peut devenir le début d’une expansion du port anversois, mais aussi un renforcement de la position de concurrence de tous les ports, grâce à une collaboration améliorée".

Ben Weyts (photo) attend encore de pouvoir consulter l’analyse des coûts-bénéfices sociaux, expliquait-il ce mardi dans l’émission "De Ochtend" de la VRT. "Sur base des résultats de ce rapport le gouvernement flamand devra prendre une décision. J’espère pouvoir bientôt consulter le rapport".

Le ministre souligne que le gouvernement flamand veut investir dans le progrès. "Un agrandissement d’échelle s’impose. Il y a eu beaucoup de problèmes dans la procédure concernant Doel. Il faut que cela cesse. Nous devons opter pour un agrandissement d’échelle au bénéfice de l’économie flamande".

Pour la Zone industrielle Churchill, le conseil d’administration de l’entreprise portuaire a décidé lundi soir de chercher encore pendant 2 ans un projet industriel qui occupe l’ensemble du site, à l’avenir.