Un test pour détecter l’arthrose bientôt disponible

D’ici la fin de l’année, un test permettant de détecter par une analyse sanguine les biomarqueurs responsables de la dégradation du cartilage sera disponible en Belgique. C’est ce qu’a annoncé le Professeur Yves Henrotin de l’Université de Liège au cours d’un congrès mondial de la Société internationale de recherche contre l’arthrose (OARSI), qui s’est tenu le week-end dernier à Seattle, aux Etats-Unis.
CHASSENET / BSIP

A l'heure actuelle, aucune méthode n'existe pour détecter les signes précoces d'arthrose, une maladie qui limite les mouvements de 80% des patients qui en souffrent.

"Ce test sera destiné aux médecins généralistes", a précisé le Professeur Yves Henrotin. "Il constituera un bon moyen de détecter la maladie et d'éviter que le patient arrive chez le spécialiste alors que son état s'est déjà dégradé. Car jusqu'ici, on n'a pas encore accordé à l'arthrose l'importance qu'elle mérite."

Virgina Krauss, présidente de la Société internationale de recherche contre l’arthrose (OARSI), a ajouté que d'autres chercheurs ont analysé 12 biomarqueurs, dont cinq "très bons", qui permettent de mesurer le niveau de douleur et la dégradation du cartilage. "Grâce à eux, nous pouvons observer quels patients doivent prendre plus de médicaments et quels sont ceux qui présentent le risque d'une évolution plus rapide de la maladie".

D’après les chiffres de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l'arthrose affecte 28% de la population mondiale des plus de 60 ans. "Lorsqu'on la détecte, il est généralement trop tard et le cartilage est trop abîmé", a enfin rappelé le Professeur Henrotin de l’Université de Liège.